La Femme chez François Mauriac

Ce billet se présente comme une découverte chronologique et littéraire de la place de la femme dans l’œuvre journalistique de François Mauriac. Il fait suite au travail de structuration de la base de données Mauriac en ligne et d’identification à l’intérieur de celle-ci de sous-corpus de textes effectué par Mélanie Aubry durant le printemps dernier. Ce parcours de lecture est notamment destiné aux publics scolaires (enseignants et élèves).

Quelques réflexion sur la chronologie de ce sous-corpus

Il n’est pas totalement pertinent de distinguer des moments dans la carrière de François Mauriac envisagée du point de vue de la place de la femme dans son œuvre, ainsi que de sa perception de l’univers féminin. En fait, on s’aperçoit à la lecture de l’ensemble des articles de la période couverte par Mauriac en Ligne (1905-1945) que la place de la femme, va évoluer au fur et à mesure que Mauriac s’intéresse au champ politique : la femme est présente dans les articles, tout simplement parce qu’ils rendent compte d’une réalité souvent violente dans laquelle elle est présente et souvent victime. Parallèlement, cette évolution s’accompagne, dans l’œuvre littéraire, d’une présence de plus en plus marquée des figures féminines. On peut formuler l’hypothèse que l’attirance pour ces figures féminines marque deux évolutions simultanées : l’éloignement de l’enfance (domaine intérieur) et l’intérêt pour « le monde » (domaine extérieur)

On peut faire un pas en avant si l’on envisage comment les idées et la sensibilité de Mauriac sur cette question, se sont constituées. Sans jamais qu’il s’analyse lui-même (voir les réserves qu’il fera à la fin de sa vie dans ses Mémoires intérieurs), son propos révèle une « armature » idéologique qui structurera toute sa vie, même si l’expérience induira des assouplissements et mettra en évidence des fascinations qui débordent du « cadre » initial.

Signalons pour commencer que la présence féminine est très rare dans les articles du début aux années 1920, à l’image de ce texte du 1er octobre 1913 où celui parle :

de douces héroïnes

Madame de Girardin par Jean Balde – Visages de femmes, par André Beaunier, Référence: MEL_0037, Date: 01/10/1913, Éditeur : Cahiers de l’Amitié de France

Lire le texte en entier…

De plus, cette présence féminine est largement due à la nature même des articles : notes sur des lectures, et surtout critiques théâtrales, à l’image des textes publiés dans la Revue Hebdomadaire du 06 avril 1912 au 29 décembre 1928.

Cependant, si l’on veut étudier l’image des femmes dans son imaginaire, on aurait tort de ne pas s’intéresser à ce premier Mauriac. On y voit d’une part ses références issues de son éducation et des images de l’enfance ; et d’autre part l’actualité théâtrale le conduit à réagir à ce qu’il voit comme les excès du monde de l’après-guerre (son attitude pourrait se résumer à une variante du « Ô tempora, Ô mores », si cette morale n’était pas nuancée parfois par un amusement où l’on devine un Mauriac « polisson »).

Ainsi, les textes regroupés ici offrent un parcours qui permet de saisir François Mauriac dans un processus de maturation de ses idées intéressant à la fois son regard sur la société et l’épanouissement de son œuvre. Même si l’on évite de schématiser les choses, on doit constater que la suite chronologique des articles présente différents facettes qui renvoient à une personnalité complexe mais qui a sa cohérence en assumant ses contradictions.

La femme ou le secret féminin de la jeune fille à la mère de famille

Le secret féminin associé au mystère de la mère, sans que celle-ci ne soit encore associée à la figure de la Vierge, fait parti des premières approches que François Mauriac développe dans ces textes. La femme apparaît alors auréolée d’une pureté nécessaire au bonheur des enfants, à l’image de ce texte du 15 février 1914 où il évoque:

… une pureté qui est la jeunesse même

Francis Jammes, Feuilles dans le vent, Référence : MEL_0019, Date : 15/02/1914, Éditeur : Cahiers de l’Amitié de France

Lire le texte en entier…

François Mauriac et son épouse, Jeanne Mauriac en 1945. Crédits : AFP.
La compagnie des auteurs. France Culture

Cet idéal de pureté féminine sera naturellement renforcé par l’idéologie issue de la guerre. L’expérience personnelle de Mauriac, qui très tôt a perdu son père, croise celle des familles conduites par une jeune veuve de guerre :

Cet idéal constitutif de son imaginaire apparaîtra aussi après la guerre dans sa critique théâtrale : tout en respectant un ton détaché qui convient à un critique rendant compte de pièces faites avant tout pour divertir, Mauriac laisse apparaître l’idéal de pureté issu de son éducation :

La figure marquante est celle d’une « robuste mère » sur laquelle repose la marche de la famille à l’image de ce texte daté du 15 février 1914 :

L’amitié de France (février-mars-avril 1914) — Notre robuste mère…

L’Amitié de France (février-mars-avril 1914) – Nouvelle Revue française (1er février), Référence : MEL_0020, Date : 15/02/1914, Éditeur : Cahiers de l’Amitié de France

Lire le texte en entier…

La contrepartie est que cette mère entretient une délicatesse chez le jeune garçon qui sera une source de difficulté à l’entrée à l’école, lieu d’affrontements exploré dans cette : Notes sur la jeunesse d’Henri Lacordaire, Référence : MEL_0623, Date : 25/12/1917, Éditeur: Revue des jeunes.

Le contexte éducatif est très important, bien sûr lié à la préoccupation morale et à l’affirmation religieuse dans la société (plus qu’à la foi). On touche là à un domaine qui annonce le Mauriac romancier particulièrement inspiré par la place de la femme dans la famille mais aussi dans la société à travers ses grands personnages (mais aussi les autres), et qui d’ailleurs réunira significativement en 1933 sa conférence de 1931 sur L’Éducation des filles ((Réédité à partir d’un texte publié sous le titre « Ô femme qui donc es-tu ? » et entièrement annoté par François Mauriac.)) à celle de 1932 sur Le Romancier et ses personnages. Rappelons que Mauriac a toujours souligné combien il avait été marqué par la violence manifestée au moment de la séparation des églises et de l’État en 1905.

Et il ne faut pas forcément le croire lorsque écrit le 27 novembre 1920 :

…rien ne s’éduque si vite qu’une femme

Daniel, pièce en quatre actes, de M. Louis Verneuil, au théâtre Sarah-Bernhardt – Le Soupçon, pièce en un acte, de M. Paul Bourget, à la Comédie-Française, Référence : MEL_0666, Date : 27/11/1920, Éditeur : Revue hebdomadaire

Lire le texte en entier…

Pour autant, il est vrai que même dans ses textes politiques les plus polémiques (signés non par François Mauriac mais François Sturel dans Le Journal de Clichy), ses reproches s’adressent moins à la République (figure féminine de Marianne) qu’aux lois scolaires qui empêchent l’Église de protéger les petites filles (et privent parallèlement la société de jeunes hommes formés dans le respect des valeurs chrétiennes). Cette vision était déjà exprimée par le Mauriac polémiste d’avant la guerre qui s’exprime par exemple dans Les Profondes Pensées de M. Georges Moitet (suite), Référence : MEL_0411, Date : 04/04/1914, Éditeur : Le Journal de Clichy

La femme en spectacle : actrices, personnages, écrivaines.

Le théâtre fournit à Mauriac des contre-exemples nombreux sur lesquels il se penche dans des articles intéressants de ce point de vue, indépendamment de la valeur des pièces qu’il éreinte souvent sur le plan esthétique, et qu’il juge aussi comme un homme qui s’intéresse au tableau d’une société moderne où le « ménage » est souvent en péril.

Le ressort théâtral, dans les pièces populaires dont il rend compte pour la Revue hebdomadaire, étant largement l’infidélité du couple, c’est l’occasion pour François Mauriac de réflexions à la fois « datées », connotées socio-culturellement et personnellement significatives d’un auteur sans doute étonné par un univers féminin français qui devient perméable aux idées féministes, et qui n’a pas encore évolué vers des positions qui transparaîtront bientôt dans sa littérature en prose et que nous pouvons considérer comme compréhensives pour l’émancipation de la femme.

On peut relever que ces personnages féminins apparaissent souvent dans des pièces recherchant plutôt le comique. Dans son œuvre romanesque, Mauriac aura un talent certain pour présenter situations scabreuses et personnages féminins « chargés » sur le ton de la comédie (voir La Chair et le sang). Ce ton disparaîtra ensuite aussi bien dans ses œuvres romanesques que dans son théâtre.

En fait, on peut se demander si, dans cette première période, son activité de journaliste et de critique théâtral n’a pas eu deux effets sur Mauriac : remplir une curiosité attentive pour les évolutions sociales, y compris en les saisissant dans les échos donnés par la production artistique en particulier théâtrale, et en le faisant évoluer vers l’étude (et non l’approbation, car il gardera les références et les valeurs venues de son enfance et de son éducation) de modèles différents.

Rien d’étonnant à cela lorsqu’on connaît le milieu qu’il fréquente dans le Paris des années vingt, son goût pour l’étude de l’âme humaine sans oublier les tentations qui ont pu l’habiter.

Cette curiosité n’altère pas bien sûr son sens artistique : Mauriac peut être sévère pour la valeur des pièces qui alimentent sa chronique. Mais cette critique n’est pas seulement faite au nom de valeurs esthétiques : elle est sous-tendue par des considérations morales condamnant la dépravation qui sert à appâter le public attiré par la liberté des mœurs qui se cristallise par certaines figures féminines.

Il en est ainsi de la jeune-femme divorcée qui devient un type du théâtre vaudevillesque qui remplace un peu dans cette fonction la bourgeoise infidèle de l’avant-guerre :

Mauriac est encore plus sévère lorsque l’auteur sombre dans la facilité en appliquant de vieilles recettes comme l’opposition entre enfant légitime et enfant naturel dans L’Autre Fils, MEL_0698, Date : 04/03/1922, Éditeur : Revue hebdomadaire

Colette dans la pantomime « Rêve d’Égypte » au Moulin-Rouge en 1907, photographiée par Léopold-Émile Reutlinger.

Fascination pour la femme « partenaire »

Mauriac fait tout de même un lien entre la valeur esthétique d’une œuvre et son arrière-plan moral : ainsi au moment de La mort d’Henry Bataille (Référence: MEL_0699, Date: 25/03/1922, Éditeur: Revue hebdomadaire), il s’interroge sur une œuvre gâchée par un « esprit femelle », qui oublie, en présentant des personnages féminins dominés par l’instinct « d’assouvissement », que la morale et la religion font naître les conflits indispensables à la création de grandes œuvres.

On voit ainsi émerger de sa production journalistique des figures féminines qui structureront très vite son œuvre littéraire… Sans se limiter aux œuvres les plus connues et indispensables (le cycle de Thérèse : Thérèse Desqueyroux (1927), Thérèse chez le docteur (1933), Thérèse à l’hôtel (1933) et La Fin de la nuit (1935) ), on pourra se référer par exemple au Désert de l’amour (1925) et peut-être surtout aux Trois récits (1929), volume qui contient Un homme de lettres (1926), Coups de couteau (1926), Le Démon de la connaissance (1928), auquel s’ajoute Insomnie (1929) sous le titre La Nuit du bourreau de soi-même, repris en 1938 dans Plongées qui est la suite de Coups de couteau.

Il faut penser aussi à la crise vécue par Mauriac à cette période de sa vie, crise morale et personnelle, à partir de 1925 , qui s’exprima dans Souffrances et bonheur du chrétien.

De ce point de vue, l’œuvre journalistique de Mauriac peut introduire, en parallèle avec son œuvre de fiction indiquée ci-dessus, à une étude d’un type de figure féminine qui marque fortement les années vingt et qui peut permettre de considérer l’évolution du statut de la femme ainsi que de ses représentations, au carrefour les lettres, des arts, de la mode, des mœurs ainsi que des échanges internationaux, à l’image de la figure de « l’Américaine » dans La Pierre philosophale, Référence : MEL_0068, Date : 29/11/1935, Éditeur : Gringoire.

Pour citer cet article : Claude Lesbats, "La Femme chez François Mauriac," dans Mauriac en ligne, 20/11/2019, https://mauriacenligne.hypotheses.org/954.

Claude Lesbats

Claude Lesbats est membre associé de l'équipe Telem de l'Université Bordeaux Montaigne. Il est actuellement président de l'association "Les amis de François Mauriac" - Centre François Mauriac de Malagar.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search