Mauriac et la guerre d’Espagne, une re-lecture à partir de « Mauriac en ligne »

Bien que de nombreux ouvrages permettent de trouver des informations sur l’incidence que la guerre d’Espagne a eue sur l’engagement politique de François Mauriac, ou qu’une interview de 1965 au cours de laquelle celui-ci explique ce qui l’a conduit à l’époque à se révolter contre les massacres perpétrés par Franco puisse aujourd’hui être visionnée sur le site de l’INA, les articles publiés entre 1936 et 1939 et désormais entièrement disponibles en ligne permettent d’apporter de nouveaux éléments d’analyse aux rapports entretenus par Mauriac avec la guerre civile espagnole…

La place de la guerre civile espagnole apparaît en effet centrale aux historiens et aux biographes de Mauriac car elle marque définitivement un tournant dans son engagement politique. Les massacres de Badajoz (14 et 15 août 1936) et le bombardement de Guernica (26 avril 1937) sont ainsi considérés « traditionnellement »1comme les événements conduisant Mauriac à un soutien au gouvernement républicain, alors qu’il était, au déclenchement du conflit, hostile à toute intervention. C’est d’ailleurs ces mêmes événements qui auraient entraîné Mauriac à se rapprocher des forces de gauche dans ses engagements politiques ultérieurs…

Les textes sur la guerre d’Espagne dans le corpus

Bien sûr, les textes mis en ligne confirment le rôle de la guerre d’Espagne dans l’engagement politique de Mauriac. Il s’agit même d’une expérience décisive, comme elle le fut d’ailleurs pour d’autres auteurs contemporains. Il ne faut pas pour autant la voir comme le simple moment d’un parcours qui aurait conduit Mauriac de la droite de l’échiquier politique vers la gauche car il se définira toujours, et cela jusqu’à la fin de sa vie, comme un homme de droite, par tradition familiale d’abord, parce qu’il aime l’ordre et qu’il se méfie des régimes parlementaires… Mais il est aussi et surtout un chrétien en quête d’un christianisme authentique, et, à travers la guerre d’Espagne et le comportement de l’Eglise espagnole (Pays basque excepté), il découvre que la morale enseignée par l’Eglise catholique s’éloigne trop souvent des valeurs chrétiennes. Et si l’on regarde l’œuvre dans sa globalité et son auteur dans l’ensemble de sa carrière, on s’aperçoit bien qu’il y a chez Mauriac la permanence de cette ligne de force2.

C’est donc cette découverte qui va désormais guider toute sa conduite future : être sans concession sur les valeurs essentielles tout en étant pragmatique dans l’action quotidienne. Il aperçoit ici comment sa foi peut gouverner son action politique, paradigme qu’il pourra décliner selon les circonstances : on peut (on doit ?) être catholique en même temps que républicain ; il y a des humanistes chez les anticléricaux ; le nazisme est l’incarnation du mal absolu, et dès lors on peut travailler avec des communistes pour l’abattre, même si l’on doit se méfier du monstrueux stalinisme ; comme l’enseigne Shakespeare, le machiavélisme est largement répandu chez les cadres politiques ou religieux ; le colonialisme est incompatible avec la foi chrétienne, etc.

Cependant, la mise en ligne de la globalité des textes écrits par François Mauriac durant cette période permet aussi de replacer le corpus mauriacien contemporain de la guerre civile espagnole (1936-1939) dans un contexte plus large… Il publie en effet 259 articles au cours de cette période et seulement une trentaine relèvent du politique, et 18 sont uniquement dédiés à la guerre civile espagnole. Car même si ses articles politiques des années 30 ont eu un retentissement énorme, c’est sans aucun doute le Bloc-notes3 qui, rétrospectivement, grossit l’image d’un Mauriac politique et publiciste au risque d’occulter l’importance du reste de son œuvre.

En redonnant à voir dans leur contexte d’origine ces textes, l’édition en ligne des articles de presse de François Mauriac permet ainsi d’éviter la « mise en récit » de l’Histoire que l’écrivain a lui-même pu provoquer par ses reprises en volumes diverses mais choisies. L’édition numérique permet aussi et surtout de proposer plusieurs parcours de lecture qui se nuancent et se complètent les uns les autres : c’est ainsi que, par exemple, il peut être intéressant de mettre en relation les textes sur la guerre d’Espagne avec ceux que Mauriac écrit sur le Front populaire français…

On ne peut également étudier l’importance de la guerre civile espagnole pour Mauriac sans lire les textes antérieurs et postérieurs qui montrent son intérêt pour l’Espagne. La question basque, par la proximité culturelle de Mauriac pour cette région de l’Espagne, est par exemple essentielle et ses informateurs proviennent beaucoup du Pays basque. Des textes, aujourd’hui en ligne mais auparavant souvent négligés, prouvent en effet que Mauriac s’intéresse aussi au Pays basque pour des préoccupations de politique française : il en veut ainsi à Franco de vouloir détruire l’organisation sociale basque que lui-même considère comme un laboratoire de société catholique et sociale capable de fournir une alternative au syndicalisme procommuniste dont il se méfie pour la France.

Relire les textes sur l’Espagne et la guerre civile espagnole

Si François Mauriac publie peu d’articles politiques avant 1936, sans doute par désir de gagner d’abord sa place dans le monde des lettres, l’invasion de l’Abyssinie par les troupes de Mussolini en 1935 et son article « Mussolini envahit l’Ethiopie : un dessin de Sennep » publié dans Le Figaro le 24 septembre 1935, en réaction à une caricature publiée par Sennep en Une de l’Echo de Paris du 18 septembre 1935, permet de voir apparaître ce qui sera la base de son engagement, l’attachement aux valeurs chrétiennes qui fondera son aversion pour toute entreprise coloniale et sa condamnation de toute forme de racisme :

Le désert. Au pied d’un cocotier, un écriteau porte cette indication : Palais Royal. Dans les palmes, sont perchés deux singes et le négus d’Abyssinie.
C’est très drôle et il faudrait rire. Mais par habitude professionnelle, je me mets à la place des gens. Qu’a-t-il pu éveiller, ce dessin, dans l’esprit des Noirs qui l’ont vu – ou qui le verront lorsque le journal de Sennep aura traversé les mers ?
J’imagine un garçon de couleur, dont le père ou le frère aîné repose depuis vingt ans, quelque part, entre la mer et les Vosges. J’affirme qu’il y a là de quoi susciter dans un cœur simple une haine assez puissante pour remplir sa vie.

Lire le texte en entier…

Caricature de Sennep publiée le 18 septembre 1935 après l’invasion par Mussolini de l’Ethiopie dans l’Echo de Paris.

Il n’empêche qu’en 1936, il voit avec méfiance le Frente popular s’établir en Espagne (élections du 16 février 1936) et le Front populaire en France (26 avril – 3 mai 1936), même s’il s’amuse ironiquement de voir ses amis bourgeois craindre pour leur argent, à Paris ou à Vichy, où il est en cure au moment du coup d’état militaire espagnol.
Sa première réaction apparaît dans « L’Internationale de la haine » publié par Le Figaro le 23 juillet 1936 ; il proteste alors contre toute forme d’aide militaire du gouvernement de Blum aux républicains espagnols :

Et je crois être l’interprète d’une foule immense appartenant à tous les partis, de la Guyenne et de la Gascogne au Béarn et au Pays basque, en criant à M. Léon Blum, qui brûle d’intervenir, qui, peut-être, est déjà intervenu dans ce massacre : « Faites attention, nous ne vous pardonnerions jamais ce crime. »

Lire le texte en entier…

Pourtant, très vite, Mauriac regrette cette prise de position hâtive. Le massacre de Badajoz, un 15 août, va lui permettre d’avancer dans sa réflexion.

L’article, sobrement intitulé « Badajoz » qu’il publie dans Le Figaro le 18 août4 marque un engagement prudent, mais c’est déjà  un pas vers les gouvernementaux, à un moment où les catholiques sont terrifiés par les massacres de religieux à Barcelone:

Je ne crois pas beaucoup aux « cas de conscience » insolubles. Même dans l’horreur d’une guerre civile, l’homme sait qu’il peut donner sa vie pour ce qu’il croit être la vérité –qu’il peut défendre la vérité– sa vérité –les armes à la main. Mais il sait aussi que les exécutions en masse des vaincus, que l’extermination de l’adversaire –ce qui était la loi avant le Christ– représente le triomphe le plus affreux que la puissance des ténèbres connaisse en ce monde.

Lire le texte en entier…

Dès lors, sa réflexion va dans deux directions : 1) D’une part, il n’aura de cesse de préciser sa conception du christianisme et du rôle de l’Eglise : l’éthique contre le cynisme machiavélique ; 2) Il commence à voir dans la guerre d’Espagne le premier pas vers une nouvelle guerre mondiale.

D’autres textes de cette même période et qui traitent également de ces événements tragiques permettent aussi de mieux comprendre ce que représente l’Espagne pour Mauriac. Si on ne peut nier la réalité de sa conviction, celle-ci est d’autant plus forte qu’il retrouve une expérience de sa prime jeunesse,  archéologie culturelle qui fonde sa vision du journalisme5. L’Espagne est un monde de passion qui fascine Mauriac et déjà en 1935 il publie une critique théâtrale intitulée « Défense de Carmen » dans Les Nouvelles littéraires:

… il n’existe pas de chef-d’œuvre plus maltraité. Au grand Théâtre de Bordeaux, quand j’étais étudiant, à cause de l’accent terrible des “brunes cigarières” et des “petits soldats”, je croyais assister à des représentations ridicules. Après tant d’années, je découvre que Carmen était joué là comme il doit l’être, dans une ivresse joyeuse, dans une odeur de jasmin et d’abattoir, devant un peuple dressé, les dimanches d’été, à acclamer les matadors étincelants lorsqu’ils roulaient vers les arènes, dans de vieilles victorias.

Lire le texte en entier…

François Mauriac a également conscience de la marginalité de l’Espagne et du mépris dans lequel elle est tenue par les autres nations ; durant la guerre civile, « Le Démon de l’Espagne » publié dans Le Figaro le 9 janvier 1937, relate ainsi un souvenir du voyage effectué, en 1929, avec Ramon Fernandez:

De la brume et de l’engourdissement d’un music-hall, où j’ai été entraîné, ce soir, une Espagnole jaillit, la tache rouge d’un œillet au sein. Sa danse est une sorte de rage qui cède à la torpeur, renaît, puis retombe. L’Espagne est-elle encore vivante? Depuis plusieurs semaines nous ne l’entendions plus respirer. Il ne venait d’au delà des Pyrénées qu’une rumeur d’injures échangées dans tous les dialectes du monde: des races ennemies s’entre-tuaient sur un cadavre…

Lire le texte en entier…

Comme Picasso ou Bergamin, Mauriac fut aussi à la fois un amateur et un connaisseur de la tauromachie… Le contexte de la guerre civile va le faire renoncer à cette passion, mais il en gardera les références et les images pour illustrer sa pensée et ses sentiments, comme en atteste « Le Dernier Taureau » paru dans Le Figaro le 12 août 1938:

Comme une grande grâce venait de nous être accordée: un orage sans grêle et chargé de pluie, les arbres cessèrent de souffrir; les jeunes peupliers qu’avait menacés la mort par la soif, frémirent de joie dans le vent humide; et l’argile même, là où la sécheresse l’avait rendue béante, se referma. Et nous aussi, nous étions délivrés. Il nous était permis de quitter à toute heure du jour la maison. Rien ne nous défendait plus, lorsque ce fut dimanche, de courir les routes. Je n’aime pas le dimanche à la campagne: il ajoute sa solitude à notre solitude. Le peu d’humanité dont on devine la présence durant la semaine, se retire ce jour-là des vignes, s’accumule au fond des auberges assombries, et notre cœur se fatigue à battre seul pour animer un monde mort qui ne souffre pas.
Si nous choisîmes, ce dimanche-là, comme but de notre promenade, à plus de cent kilomètres le bourg landais de Saint-Vincent-de-Tyrosse, ce fut bien moins pour la corrida qui s’y donnait, que pour le prétexte de suivre une route aimée entre toutes: celle qui, de Langon à Bayonne, par Bazas, Captieux, Roquefort, Tartas, Mont-de-Marsan, traverse la forêt de pins et de chênes.

Lire le texte en entier…

Mais c’est donc véritablement avec « Badajoz » publié dans Le Figaro 3 jours après le massacre du 15 août qu’il comprend qu’il est des alliances impossibles au chrétien et que le clergé espagnol rallié à Franco déshonore la religion. Si ses premiers engagements restaient prudents, la position du Vatican n’était pour le moins pas très nette. Raison de plus pour affirmer que c’est à travers l’affaire espagnole que Mauriac apprendra à s’affranchir de la hiérarchie cléricale : l’Espagne l’oblige à se poser la question de l’institution de l’Eglise et il prend dès lors conscience qu’ils ne sont pas nombreux, parmi les catholiques, à penser comme lui : Georges Bernanos, les dominicains de Sept puis Temps présent

Sept, périodique lancé en 1934 par les dominicains de Juvisy, va ainsi progressivement évoluer vers la gauche… Si bien que le 27 août 1937, le Vatican exige l’arrêt de la publication. L’équipe fonde alors, en dehors de l’Eglise cette fois, Temps présent et Mauriac accompagnera le travail fait par cette publication en faveur des JOC, JAC, JEC, base de la démocratie-chrétienne. Parmi les écrivains catholiques célèbres, il se heurte ainsi à Paul Claudel, qui  représente la tendance opposée la plus dure, complètement ralliée à Franco… Toute une partie de l’activité éditoriale de Mauriac aura alors pour but de tenter de détacher l’Eglise du franquisme et, plus généralement de Pie XI, pape du 6 février 1922 au 10 février 1939…

Pour autant, et malgré son engagement désormais total, son tempérament et sa lucidité, appuyée sur une connaissance de l’homme forgée sans aucun doute par l’écriture des romans, l’amènent à porter un regard souvent ironique, à l’image du portrait qu’il dresse de Malraux dans « Le Retour du milicien » paru le 11 février 1937 dans Le Figaro :

Sur un fond rougeâtre, le pâle Malraux s’offre, hiératique, aux ovations. L’avant-bras qu’il replie, le poing serré, va-t-il se multiplier et faire la roue autour de sa tête d’idole? Les Indes et la Chine ont curieusement marqué ce Saint-Just. Pour moi seul, sans doute, dans cette foule, il rappelle Chan-Ock, le jeune pirate d’un récit de mon enfance, dans un Saint Nicolas des années 90.
Dès que Malraux ouvre la bouche, son magnétisme faiblit. Non qu’il n’y ait en lui de quoi faire un tribun, et même un grand tribun; mais le littérateur lui coupe le sifflet. Les images qu’il invente, au lieu de réchauffer son discours, le glacent: elles sont trop compliquées, on y sent la mise au point laborieuse de l’homme de lettres. Ainsi l’aube pressentie de la victoire de Madrid devient pour Malraux ce reflet de chevaux de bois qui, dans la glace d’un café, révéla sa guérison à un milicien aveugle: ce n’était pas facile à expliquer, cela semblait interminable; et nous n’en sortions plus.

Lire le texte en entier…

La question basque emporte enfin définitivement sa décision et provoque un engagement qui se prolongera longtemps puisque le seul reproche qu’il fera plus tard à De Gaulle sera sa visite à Franco… Le statut du Pays basque va ainsi lui permettre de contourner la question philosophique de l’obéissance6. Le modèle social basque lui prouve aussi et surtout que l’on peut être catholique et républicain, ce qui réveille chez lui une vieille tentation, celle du Sillon de Marc Sangnier où il milita en 1905-19067 : la société basque repose sur une organisation industrielle fondée sur la concertation entre des syndicats puissants et un patronat ouvert, partageant la même foi religieuse et la même ambition nationale…

Ce mouvement catholique, à la fois social et identitaire, s’oppose dans le même temps au socialisme et au libéralisme économique, perçus comme importés « de l’étranger », comme il l’explique dans « Pour le Peuple basque » paru dans le Le Figaro le 17 juin 1937:

Ce que nous ignorons en France, c’est que les prêtres basques si calomniés, avaient réussi, presque seuls en Espagne, à opposer aux syndicats révolutionnaires communistes et anarchistes, un syndicalisme catholique d’une puissance égale. Nous ne pouvons donner ici des statistiques. Mais nous affirmons qu’une œuvre est en train de s’effondrer, en ce moment même, qui faisait honneur à l’Eglise d’Espagne, à l’Eglise catholique tout entière…

Lire le texte en entier…

Unes des 28 avril et 29 avril 1937 du quotidien l’Humanité disponibles depuis Gallica.

Le bombardement de Guernica, rendu mondialement célèbre par la toile de Picasso, et perpétré par la Légion Condor le 26 avril 1937 ne sont pas évoqués tout de suite dans les quotidiens français qui relaient au mieux, et le plus souvent succinctement en page intérieure, la seule bataille de Biscaye pour la prise de Bilbao. Seule L’Humanité va en faire sa une le 28 avril puis le 29 avril, sous la plume de Gabriel Péri, rendant hommage à la presse britannique, relayée par la presse américaine, grâce au correspondant du Times, Georges Steer, qui, lui, est présent sur place avec deux autres Britanniques et un Belge, seul correspondant du journal français, Ce Soir. Le Populaire, le 28 avril, ne parle lui que d’un bombardement par des « avions rebelles »; mais il est vrai que dès le lendemain ce quotidien donne la parole à une délégation du gouvernement de Bilbao: « Notre guerre contre Franco est finie ; c’est l’Allemagne qui nous fait la guerre. » Quant au reste de la grande presse, elle s’abrite derrière le « devoir d’équilibre » pour présenter les deux versions, celle de Franco qui soutient qu’il s’agit d’une autodestruction perpétrée par les Basques qui se replient, et celle des républicains et des Anglo-saxons.8

Cette absence de publication sur Guernica dans la presse française permet de marquer l’originalité de la position de Mauriac qui signe dès le 14 mai un manifeste publié par Sept aux côtés de Gabriel Marcel, Jacques Maritain, etc., ce qui lui vaut de violentes attaques des milieux catholiques et en particulier de Claudel. Il s’en explique quelques jours plus tard dans « Le Membre souffrant » publié le 28 mai 1937 dans Sept:

A un être gisant, accablé de coups, nous devons épargner les il fallait et les pourquoi. En ces jours de la fête du Corps du Christ, nous nous rappelons que lorsqu’un membre de ce corps est souffrant, tous les autres souffrent. Il ne faut pas que le jour où ce peuple basque s’éveillera de son cauchemar, il puisse attester que seuls les ennemis mortels de l’Eglise l’ont secouru…

Lire le texte en entier…

Et loin de l’abattre, l’échec sur le terrain militaire va au contraire radicaliser sa position comme l’atteste le « Cruel Martyre du peuple basque » publié dans L’Ordre le 15 juin 1938:

Les orphelins de Guernica, de Durango, de Barcelone ne peuvent pas confondre la cause de leur Dieu crucifié avec celle du général Franco. Le silence s’est fait sur le peuple basque. L’attention s’est détournée de lui…

Lire le texte en entier…

De même, le 30 décembre 1938, alors que la guerre s’avère presque définitivement perdue pour les Républicains, François Mauriac, avec un flair étonnant si l’on considère l’histoire ultérieure de l’Espagne, conclut ainsi « La Victoire des Basques » paru dans Paris-Soir:

Nous sommes en droit d’affirmer aujourd’hui que c’est dans la mesure exacte où les provinces basques auront reconquis leurs libertés que l’Espagne retrouvera la paix véritable. Ces libertés seront la pierre de touche d’un bon gouvernement, de même que leur suppression serait le signe d’un pays livré à la force, c’est-à-dire condamné à de nouvelles et interminables convulsions. Le rétablissement de l’Euzkadi dans ses droits marquera enfin l’entrée de l’Espagne dans la paix.

Lire le texte en entier…

Après la fin de la guerre d’Espagne en avril 1939 et la défaite des républicains, Mauriac recevra et échangera avec de nombreux réfugiés, à l’image des ces écoliers espagnols accueillis à Verdelais, une commune limitrophe de Saint-Maixant où se situe sa demeure de famille en Gironde, qui lui rendront visite et lui offriront, en témoignage de reconnaissance pour ses prises de position, ce cahier couvert de textes et d’exercices sur lequel nous pouvons notamment lire :

A Monsieur François Mauriac, de l’Académie française, château Malagar, Nous, les enfants espagnols, souhaitons vous rendre un petit hommage en gage de  notre gratitude et  notre sympathie, vous qui vous êtes occupés de nous en cette période et qui souhaitez autant que nous notre retour en Espagne. Ce cahier d’écolier vous permettra de vous souvenir de nous puisqu’en lui chacun de nous a mis un peu de lui-même.

Et plus loin :

Cela fait quelques mois que nous sommes arrivés à Verdelais en qualité de réfugiés espagnols. La guerre nous a fait quitter notre patrie pour la France, un pays généreux et hospitalier. Les attentions et les prévenances avec lesquelles nous avons été accueillis dans ce village font que nous y pensons toujours avec tendresse. On va très bien. Le directeur de ce refuge nous aime beaucoup et fait tout son possible pour que notre refuge soit joyeux.


Cahier d’écolier « Le Renversant » offert à François Mauriac par les enfants réfugiés espagnols de Verdelais, 1-8 juillet 1939. Fonds patrimoniaux du Centre François Mauriac de Malagar – numérisés avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Pour en savoir plus:

Sur la guerre civile espagnole:

  • MONTSERRAT Victor, Le Drame d’un peuple incompris, la guerre au Pays basque, préface de François Mauriac, édit. HG Peyre, 1938.
  • THOMAS Hugh, La Guerre d’Espagne, juillet 1936-mars 1939, éd. définitive R. Laffont, 1985
  • VILAR Pierre, La Guerre d’Espagne, PUF, 1986.
  • HERMET Guy, La Guerre d’Espagne, Seuil Points Histoire n°124, 1989.
  • PEREZ Joseph, Histoire de l’Espagne, Fayard, 1996.
  • LARRONDE Jean-Claude, Exil et solidarité. La Ligue Internationale des Amis des Basques, Villefranque, Bidasoa, 1997.
  • BENNASSAR Bartolomé, La Guerre d’Espagne et ses lendemains, Perrin, Tempus, 2004 et 2006.
  • STEIN Sygmunt, Ma Guerre d’Espagne. Brigades internationales : la fin d’un mythe, Seuil, 2012 (1ère trad. En français de l’original écrit en yiddish dans les années 1950).

Sur François Mauriac et son activité de journaliste:

  • LACOUTURE Jean, François Mauriac, Seuil, 1980.
  • COCULA Bernard, Mauriac écrivain et journaliste, Editions Sud-Ouest, 2006.
  • BARRE Jean-Luc, 2010 : François Mauriac, Biographie intime, Fayard, t.1, 1885-1940 (en 2009), t. 2, 1940-1970 (en 2010).
  • François Mauriac et la guerre d’Espagne, la fin d’une équivoque, catalogue de l’exposition réalisée par Rose-Marie JUAN et présentée à la médiathèque de Talence (nov. 1997-janv. 1998).
Pour citer cet article : Claude Lesbats, "Mauriac et la guerre d’Espagne, une re-lecture à partir de « Mauriac en ligne »," dans Mauriac en ligne, 04/03/2018, https://mauriacenligne.hypotheses.org/62.
  1. Voir par exemple ce que dit Françoise Giroud à ce propos en 1985 dans cette interview… []
  2. D’autre études sur l’ensemble du corpus pourront être menées à cet égard. []
  3. Chronique hebdomadaire publié dans différents journaux de 1952 à sa mort en 1970. []
  4. Texte qui sera repris dans Sept le 21 août 1936 sous le même titre. []
  5. Des raisons géographiques et culturelles expliquent l’attention que Mauriac porte à l’Espagne pensée comme lieu de la passion, de la vie et de la mort exaltée par la pratique de la corrida ; il gardera aussi toute sa vie l’image des enfants basques portant leur béret et frappant inlassablement leur pelote… []
  6. Ici, on peut penser que François Mauriac va un peu vite : le statut du Pays basque est en effet une question difficile : le Parti nationaliste basque (PNV) est devenu démocrate-chrétien et en 1931, sous la IIème République, ses relations avec la gauche espagnole majoritaire aux Cortès, sont pleines d’une méfiance réciproque puisque le PNV trouve le gouvernement de Madrid trop anticlérical, et la gauche espagnole ne veut pas donner trop d’autonomie à un gouvernement basque qui serait trop proche du Vatican. D’où la lenteur du processus référendaire prévu pour définir le statut du Pays basque… Et la droite devenue majoritaire aux élections des Cortès d’avril 1934 décide d’ajourner sine die le projet et c’est ainsi que les nationalistes basques se rangeront du côté du gouvernement du Front populaire… []
  7. Voir par exemple ce texte publié en 1905… []
  8. la thèse de l’historien américain Herbert Southworth (1908-1999), dans La Destruction de Guernica, (Ruedo Ibérico, Paris 1975) met ainsi en cause Yvon Delbos, Ministre des Affaires étrangères français qui refuse l’enquête internationale demandée par le gouvernement basque. La prudence est en effet de mise au Quai d’Orsay, convaincu que la guerre est définitivement perdue pour les républicains, et qui craint, si la guerre avec l’Allemagne se déclenche, d’avoir un front au sud-ouest et des difficultés à garder les positions en Méditerranée en cas de mauvaise entente avec Franco. []

Claude Lesbats

Claude Lesbats est membre associé de l'équipe Telem de l'Université Bordeaux Montaigne. Il est actuellement président de l'association "Les amis de François Mauriac" - Centre François Mauriac de Malagar.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.