Mauriac en classe, bilan des projets pédagogiques 2017-2018

Pour la deuxième année consécutive, la base de données Mauriac en ligne a été intégrée aux actions P@trinum soutenues par le Ministère de la Culture (Drac Nouvelle-Aquitaine) et le Ministère de l’Education nationale (Daac du rectorat de Bordeaux) dans le cadre des politiques d’Education Artistique et Culturelle (EAC). Ces explorations pédagogiques nous permettent de mieux cerner les usages que les publics scolaires (enseignants et élèves) peuvent développer à partir de ces documents que nous mettons progressivement en ligne. Si nous n’avions pas réussi l’année dernière à récupérer les productions numériques réalisées par une des classes de lycée engagée dans cette expérimentation, cette seconde année nous a permis d’accompagner plus finement deux classes dans leurs pratiques de découverte de ce patrimoine littéraire.

Une classe de 3e du Collège de Monséjour (Bordeaux Caudéran) et une classe de 1ère S du Lycée Saint-Joseph de Tivoli (Bordeaux) ont ainsi élaboré, à partir des mêmes ressources et de thématiques proches, des projets pédagogiques fort différents. L’ensemble des enseignants impliqués ont en effet exploité des textes datant des années 1930 dans lesquels François Mauriac commente et réagit à la guerre d’Espagne1 et, plus largement, à la montée du totalitarisme2

Afin de mieux cerner les usages et les pratiques (pédagogiques et culturelles) mises en place par cette communauté autour de la base de données Mauriac en ligne, nous nous sommes, au terme de cette année, entretenus avec les différents enseignants impliqués (une professeur documentaliste, deux professeurs de Français/Littérature et un enseignant d’Histoire-Géographie). Ces entretiens complètent le suivi effectué tout au long de l’année et permettent de relever les difficultés rencontrées, qu’elles soient techniques (ergonomie du site et modalité de recherche et de lecture), documentaires (structuration de l’information et/ou problèmes d’indexation), intellectuelles (contexte de réception de ces ressources et éditorialisation), méthodologiques (comment exploiter dans un environnement numérique ces ressources ?) ou structurelles (difficultés de comprendre l’environnement patrimonial mauriacien). Cette enquête nous amène également à réfléchir sur la mise en place d’un nouveau parcours pédagogique qui intégrerait, pour les années à venir, l’ensemble de la communauté travaillant sur le patrimoine mauriacien (Centre François Mauriac de Malagar, Bibliothèque Municipale de Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne, Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, etc.).

Entre découverte patrimoniale et éducation aux médias et à l’information, l’odyssée des 32M

La classe de 3e du collège de Monséjour a élaboré ce projet dans le cadre d’un cours de Français, en collaboration avec la professeure documentaliste de l’établissement et l’enseignant d’Histoire-Géographie de la classe. Ce projet s’est déroulé sur environ 20 heures et a débuté par la lecture du Sagouin. A partir de cet ouvrage, l’enseignante de Français a pu aborder la thématique des écrivains engagés en distinguant l’oeuvre romanesque de l’oeuvre journalistique.

Le travail sur les textes de presse a ensuite débuté après une séance de présentation du processus de numérisation et d’indexation réalisé par l’équipe de chercheurs. Cette prise en main de la base de données, centrée sur la lecture en ligne (recherche des textes, téléchargement, lecture des descriptions et recherche de contenus supplémentaires sur Wikipédia par exemple), s’est accompagnée d’un travail d’écriture numérique réalisé à partir de réseaux sociaux (Twitter et Instagram). Plusieurs visites à l’extérieur ont en outre fait sortir les élèves de la classe : une séance à la bibliothèque municipale de Bordeaux a permis aux élèves de découvrir certains des manuscrits des articles étudiés et la visite de Malagar permet de redonner une dimension territoriale (maison, paysage fréquenté, etc.) à cet écrivain perçu par les élèves comme lointain et difficile d’accès.

L’alimentation du compte Twitter s’est à chaque fois faite après la lecture de textes portant sur la guerre d’Espagne qu’il s’agissait alors de résumer en ligne, via l’interface du compte collectif. Ce type d’exploitation, qui peut paraître a priori décalé dans un projet EAC, présente toutefois de nombreuses vertus. Cela permet en effet non seulement d’évoquer les différents droits associés à une publication en ligne, mais aussi d’inciter les élèves à écrire selon des contraintes particulières qu’ils ne conscientisent généralement pas (obligation de synthèse du fait du nombre de caractères restreints ; obligation de relecture, du fait de l’immédiateté de la publication ; notion de responsabilité avec un compte public lu par une communauté d’acteurs, etc.). Le compte Instagram a quant à lui été exploité de préférence en extérieur, c’est-à-dire lors des sorties de la classe, le transformant finalement en carnet de voyage à la découverte du patrimoine littéraire mauriacien (manuscrits, photographies anciennes, éditions rares, maison et mobilier de famille, etc.). Ces différents moments, synthétisés par l’enseignante documentaliste dans un Padlet public dédié au projet, a finalement donné lieu à une publication avec la rédaction d’un article collectif édité dans le journal de l’établissement.

Un travail d’investigation journalistique, les tivoliens sur les pas de Mauriac journaliste

Porté par un enseignante de Français, le second projet a impliqué toute une classe de 1ère S dans le cadre spécifique du baccalauréat de Français. Dès le départ il s’agissait de positionner les élèves dans une posture journalistique en leur donnant comme objectif de produire un documentaire audiovisuel sur les engagements politiques et humanistes de François Mauriac. Le parcours de lecture élaboré par Claude Lesbats a donc permis d’initier ce travail de découverte et de lecture de textes portant sur la guerre d’Espagne. Cette première liste d’articles a été complétée par des lectures et ressources complémentaires permettant de dépasser cette temporalité historique pour contextualiser cet engagement dans l’Histoire du XXème siècle : analyse des célèbres photographies de la guerre d’Espagne de Robert Capa et Henri Cartier-Bresson, lecture des discours de Stockholm d’Albert Camus et d’Alexandre Soljenitsyne, où celui-ci cite d’ailleurs François Mauriac, analyse d’autres textes de François Mauriac portant sur la Seconde guerre Mondiale à partir de la base de données, etc.

Ce travail « d’immersion » dans la thématique retenue pour l’investigation s’est déroulé sur un peu plus d’un mois et a ensuite facilité l’engagement des élèves dans la réalisation proprement dite du documentaire. Ce tournage a pu avoir lieu grâce au soutien technique du service audiovisuel de l’établissement scolaire et s’est déroulé à Malagar lors d’une journée de printemps… Les élèves ont ainsi écrit des scénettes au cours desquelles ils interrogent des spécialistes (Astrid Llado et Philippe Baudorre) et questionnent les différentes réactions de François Mauriac face à la montée du totalitarisme. Ce sont ces 4 petits sketchs qui constituent la trame du récit et leur permettent progressivement d’analyser les textes retenus qu’ils ont ensuite choisis d’intégrer au montage vidéo après téléchargement des fac-similés numériques sur la base de données. Là encore, ce type de production, numérique et publique, permet d’aborder des questions qui touchent aux pratiques informationnelles et communicationnelles contemporaines, telles que la sensibilisation au droits d’auteur ou la recherche d’image en ligne.

Ce travail de mise en réseau, combinant différents acteurs institutionnels (Université Bordeaux-Montaigne, Centre François Mauriac de Malagar, Bibliothèque Municipale de Bordeaux), différents espaces médiatiques (en ligne et hors ligne) et différentes pratiques informationnelles se concrétise dans la mise en place de projets pédagogiques cohérents où les documents patrimoniaux se voient transformés. Mise en ligne, cette source primaire3, change en effet de nature et de structure pour devenir une ressource, ici pédagogique, permettant de produire de nouveaux contenus selon des processus éditoriaux qui dépendent notamment des usages visés (exposition virtuelle, édition numérique, base de données scientifique, exploitation sur les réseaux sociaux, etc.). Et c’est finalement grâce à l’ensemble du processus de médiation mis en place (activités pédagogiques, visites culturelles, etc.), dans l’environnement numérique et non numérique, que « s’activent » les informations dont sont porteurs les documents patrimoniaux, activation qui transforme en retour ces derniers en ressources numériques afin, notamment, de créer des apprentissages et de nouveaux contenus qui rendent, en fin de compte, signifiant l’environnement immédiat de l’élève sur le plan historique, patrimonial et, plus largement, culturel…

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Mauriac en classe, bilan des projets pédagogiques 2017-2018," dans Mauriac en ligne, 17/07/2018, https://mauriacenligne.hypotheses.org/229.
  1. Voir pour cela le parcours de lecture élaboré par Claude Lesbats ainsi que la collection Guerre d’Espagne qui regroupe une trentaine d’articles. []
  2. A partir, notamment de la lecture de cet article de Philippe Baudorre, 2003 : « François Mauriac journaliste politique. penser le totalitarisme », Cahiers François Mauriac, n°6, p.61-109 []
  3. Voir à cet égard ce récent texte de Sébastien Poublanc : Qu’est-ce que le numérique fait aux historiens ?, Mondes sociaux. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.