Retour sur la numérisation et la mise en ligne des articles de presse de François Mauriac

Les études sur l’histoire de la presse sont depuis plusieurs années en plein essor, phénomène en lien avec la mise en ligne progressive de fonds d’archives jusqu’alors confidentiels voire inaccessibles1.

Ainsi, les œuvres journalistiques des écrivains qui étaient encore récemment peu connues et/ou valorisées font l’objet de recherches et de réflexions qui modifient notre perception de ces écrits2.

Parmi eux, le programme « Mauriac en ligne », porté par le centre François Mauriac de l’université Bordeaux Montaigne a pour objectif de rendre accessible en ligne l’ensemble des articles de presse de François Mauriac dans leur version originale, soit presque 3 000 articles parus dans près de 150 périodiques entre 1905 et 1970 et dont environ 20 % n’avaient jamais été repris en volumes, soit par Mauriac lui-même soit par les rééditions successives.

Alors étudiante en master « Études littéraires » à l’université Bordeaux Montaigne, j’ai eu la chance de rejoindre ce projet en 2015 et de veiller au traitement de la première tranche – soit les 924 articles de l’écrivain tombés dans le domaine public3 – jusqu’en décembre 2017.

Mes missions ont été variées et sont détaillées dans ce billet : il s’agissait de repérer, de numériser (ou de faire numériser), de transcrire puis de mettre en ligne chaque article libre de droit de l’écrivain.

Repérer

Il fallut ainsi, dans un premier temps, effectuer le récolement et le repérage de tous les articles de François Mauriac – allant de 1905 pour les premiers à 1970 pour les derniers – et ce, à l’aide de deux ouvrages très complets : la thèse de Laurence Granger, L’esprit critique dans l’œuvre journalistique de François Mauriac 1905-1970, soutenue en 2006 à l’université Bordeaux 3 sous la direction de Jacques Monférier et les carnets bibliographiques de Keith Goesch, Écrits de François Mauriac parus dans la presse (deux volumes parus en 2005 et 2006 aux éditions Minard)4.

Exemples de quelques Unes

À partir de ces deux sources d’information, deux tableurs furent créés : un premier pour les articles tombés dans le domaine public (1905-1945) et un second pour la période sous droit (à partir de 1946). Dans chaque fichier étaient reprises les principales données de chaque article (titre de l’article, date de parution, organe de publication, localisation de l’article dans le périodique, nombre de pages…).

Aperçu de l’inventaire de la seconde tranche

Quatre grands groupes d’archives furent repérés :

– Exemplaires détenus physiquement par le centre François Mauriac de l’université Bordeaux Montaigne (environ 200 articles) ;

– Exemplaires conservés sous forme de microfilms et numérisé grâce au lecteur de microfilm disponible au SCD de l’université Bordeaux Montaigne (environ 200 articles) ;

– Exemplaires numérisés et libres de droit disponible sur Gallica (environ 200 articles) ;

– Exemplaires non numérisés mais disponibles dans des fonds d’archives (environ 400 articles repérés à la BnF mais aussi à l’ex. BDIC [Bibliothèque de documentation internationale contemporaine devenue la Contemporaine], à la BiS [Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne], à la Bodleian Librairies [Bodleian Libraries UNIVERSITY OF OXFORD] et à la HEC [Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Anvers]).

Numériser et transcrire

En fonction des fonds d’archives, les exemplaires furent numérisés en interne ou en externe (par le prestataire Arkhênum), ou commandés auprès des différents fonds d’archives qui disposaient des articles au format papier ou numérique.

Une fois les articles réceptionnés au format numérique et après d’éventuelles transformations (retouche iconographique mineure permettant essentiellement de ne conserver que la/les page/s reprenant les articles de François Mauriac, conversion des TIFF d’archivages en JPG et PDF pour diffusion en ligne, océrisation lorsque cette étape n’avait pas été réalisée…), deux solutions pour obtenir le texte s’avéraient possibles : copier/coller le texte généré à partir de l’océrisation (dans le cas des articles en une colonne et de bonne qualité) ou recopier l’ensemble de l’article (pour les articles en plusieurs colonnes et dans une qualité moyenne voire mauvaise). Bien sûr, dans la plupart des cas, c’est une solution hybride qui fut retenue, une relecture scrupuleuse demeurant toujours nécessaire puisqu’aucun résultat d’océrisation n’est jamais irréprochable !

Les critères de transcription ont pour leur part été le respect du texte d’origine publié dans le dispositif éditorial primaire (la revue ou le journal de presse) ; résultat d’un premier travail de retouche éditoriale, effectué non par l’auteur mais par l’éditeur, ce texte comporte heureusement très peu d’erreurs typographiques.

Mettre en ligne

Pour l’instant, seuls les articles de la première tranche (1905-1945) ont pu être mis en ligne, la seconde tranche n’étant pas libre de droit.

Au sein du CMS Omeka – logiciel libre de gestion de bibliothèques numériques5 – chaque article a ensuite été chargé au double format, image (fac-similés en PDF) et texte (celui-ci étant considéré comme une métadonnée dans le CMS Omeka permettant ainsi une recherche plein texte). Le plugin Scripto a également été intégré afin de le détourner pour permettre une annotation collaborative mais celle-ci n’a pas à ce jour était très concluante6. Chaque texte se voit enfin associé à une notice permettant d’associer des métadonnées standard, soit les 15 descripteurs du format Dublin Core.

Celles-ci sont ici de deux natures :

Factuelles : métadonnées de type documentaire (titre, date, éditeur, source, créateur, contributeur, format, langue, relation, identifiant), renseignées par les créateurs du site mais devant être vérifiées et complétées à chaque mise en ligne ;

Contextuelles : métadonnées de description scientifique (sujet [mots-clés], description [chapô], type [genre journalistique]), laissées vierges lorsque les articles n’avaient pas encore fait l’objet d’une description par le comité scientifique du projet7.

Pour accompagner l’indexation scientifique des articles, un manuel de description fut alors élaboré lors d’une réunion du comité scientifique (MSHA, mars 2016), document explicitant notamment la procédure de transmission des descriptions à partir de fiches types fournies aux différents descripteurs. Ce protocole a permis de mettre en place un premier travail approfondi sur une série de textes traitant spécifiquement de la Guerre d’Espagne. Mais il a aussi finalement soulevé plus de questions que de réponses…

Aperçu d’une des pages du manuel de description proposé au comité scientifique

Et après…

Au terme de ces quelques années d’expérimentation, force est de constater que l’ensemble de ce processus, qui peut s’apparenter à un travail de patrimonialisation d’une collection numérique en allant de l’identification des textes à leurs diffusion en ligne en passant par leur numérisation, s’est avéré particulièrement chronophage et parfois mal adapté à la gestion d’un corpus, certes modeste, mais qui pose tout de même des questions d’interprétation importantes.

Notre principale difficulté a été de mobiliser à distance et sur le long terme une large communauté scientifique de descripteurs : il s’agit là d’un travail fastidieux qui suppose, non seulement une lecture attentive des textes, mais aussi un connaissance assez fine des enjeux scientifiques entourant la production journalistique de François Mauriac et, enfin, le respect d’un protocole de description efficace qui se rapproche finalement d’un travail d’ingénierie documentaire.

Face à ce constat, la réflexion va, dans les prochains mois, se concentrer sur la refonte et le nettoyage de la base de données actuelle, première brique de l’écosystème numérique mauriacien que l’équipe tente désormais d’édifier. Pour ce travail, dont une des questions principales sera une éventuelle description automatique et/ou collaborative, l’équipe sera notamment accompagnée par les services numériques du SCD de l’Université Bordeaux Montaigne. Quant à ce nouvel espace de valorisation que représente le carnet de recherche, ses objectifs sont essentiellement pour l’heure actuelle de dépasser la mise à disposition « en vrac » des documents pour mettre en place une pratique d’éditorialisation impliquant, pour reprendre les termes du consortium CAHIER, une scénarisation de ces ressources qui interroge ces nouvelles formes de médiation des textes…

Pour citer cet article : Daphné Mathelier, "Retour sur la numérisation et la mise en ligne des articles de presse de François Mauriac," dans Mauriac en ligne, 03/12/2018, https://mauriacenligne.hypotheses.org/179.
  1. Voir par exemple le site Media19 ainsi que les travaux de Pierre-Carl Langlais qui travaille notamment sur le programme de recherche Numapresse. []
  2. À l’image du récent séminaire mis en place par la BnF sur les écrivains et la presse: http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_biblios_livre/a.biblio_ecrivains_presse.html []
  3. Et dont plus de 50% n’avaient jamais fait l’objet de reprises []
  4. Laurence Granger, 2006 : L’esprit critique dans l’oeuvre journalistique de François Mauriac 1905-1970, sous la direction de Jacques Monférier, Université Bordeaux Montaigne, http://www.sudoc.fr/098943995 et Keith Goesch, 2005 : Écrits de François Mauriac parus dans la presse, Répertoire chronologique suivi des reprises, vol. 1 et 2, Paris, Caen : Lettres modernes Minard, http://www.sudoc.fr/088362302. []
  5. Pour un usage critique de cet outil dans les pratiques d’édition numérique, voir par exemple : Fatiha Idmhand, Claire Riffard et Richard Walter, 2017 : L’édition électronique de manuscrits modernes, In : Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2017 (généré le 29 novembre 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pum/11118>. ISBN : 9791036501739. DOI : 10.4000/books.pum.11118. []
  6. Sur le bricolage inhérent à ce type de projet, voir par exemple cette réflexion au sujet d’Omeka : Cécile Boulaire et Romeo Carabelli CARABELLI, Romeo. Du digital naive au bricoleur numérique : les images et le logiciel Omeka, In : Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2017 (généré le 29 novembre 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pum/11115>. ISBN : 9791036501739. DOI : 10.4000/books.pum.11115. []
  7. On retrouve ici les distinctions faites dans la récente publication du Consortium CAHIER sur les métadonnées et annotations (descriptives et analytiques) nécessaires à une édition numérique ; voir Guide de travail, grille d’analyse et recommandations. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.