Numérisation et patrimonialisation : l’exemple de « Mauriac en ligne »

Dans quelle mesure l’ensemble des textes écrits par François Mauriac pour la presse constitue-t-il un corpus « patrimonial »? Il l’est sans aucun doute a priori au sens où il relève de la production d’un auteur « classicisé », pour reprendre les réflexions de Marie-Odile André sur Colette1, ou d’un auteur « encore présent », selon la définition à laquelle a recours Brigitte Louichon pour définir la notion de patrimoine littéraire2. Mais la part de cette œuvre sur laquelle nous travaillons pour l’instant à travers le projet Mauriac en ligne – la production journalistique – est un peu moins « patrimonialisée » que d’autres car moins « présente »; elle n’a été publiée qu’en partie en Pléiade3, elle n’a jamais été inscrite au programme de l’agrégation et ne figure que rarement dans les programmes scolaires4

Elle l’est tout de même et fortement à sa manière. Le Bloc-notes a ainsi été réédité en édition de poche dans la collection Points/Essais et le Journal, complété par les Mémoires politiques a fait l’objet d’une belle réédition en Bouquins/Laffont. Enfin, François Mauriac lui-même symbolise encore aujourd’hui (et peut-être de plus en plus fortement), pour beaucoup de commentateurs, un idéal de journalisme, par la force de son écriture, la fermeté de sa pensée et son indépendance intellectuelle. Notre question introductive ne peut donc recevoir de réponse tranchée et demande une réflexion un peu plus développée.

Parmi les mécanismes, les instances ou les étapes d’un processus de « patrimonialisation »5 ou de « classicisation », Brigitte Louichon insiste sur ceux qui rendent présent, qui font présence, qu’elle appelle des « objets sémiotiques secondaires » construits par « adaptation » : nouvelles éditions, parfois critiques, avec notes, adaptées à un public étudiant et / ou scolaire, adaptations cinématographiques ou en bandes dessinées, et bien sûr aujourd’hui la présence numérique sur le web. Marie-Odile André décrit elle aussi à propos de Colette les « mécanismes de classicisation » qui sont essentiellement mis en oeuvre par la presse, par l’école et par l’édition. L’élément commun aux uns et aux autres réside dans leur capacité à assurer la « transmission », au sens que Régis Debray donne à ce terme, c’est à dire à la transmission dans le temps6. Or, l’analyse des textes de presse de François Mauriac peut nous permettre de réfléchir au rôle joué dans cette patrimonialisation/ classicisation par le dispositif « d’éditorialisation »7 lui-même, indépendamment ou en dehors du rôle d’autres instances de légitimation, plus institutionnelles (académies, prix, programmes universitaires ou scolaires, célébrations et commémorations) et en retenant deux idées: patrimonialisation suppose transmission et transmission entraîne transformation.

La patrimonialisation de la littérature (ou d’une œuvre littéraire) est en grande partie liée au format de conservation, donc de transmission dans le temps. Le livre (mais il faudrait être plus précis, car l’éditeur et la collection peuvent compter, pensons à la Pléiade), et plus encore les modes de sélection ou de regroupement (œuvres complètes, anthologie, manuel scolaire, etc.), y jouent un rôle central. En effet, quelle œuvre littéraire a pu se transmettre jusqu’à présent en dehors du livre? On le constate bien sûr a contrario, lorsqu’il s’agit de productions par nature « non ou difficilement patrimonialisables » car développées en dehors du livre, comme c’est le cas de la presse…

Ce qui caractérise en effet la production de presse, c’est sa visibilité, son actualité mais aussi sa rapide péremption, pour des raisons internes (informations liées à une actualité), mais aussi en raison de son support (ou de son dispositif de diffusion) impropre à la conservation. Depuis le début du XIXème siècle8 et la « civilisation du journal » nous sommes entrés dans un nouvel âge de la communication, magnifiquement pressenti par Lamartine dans un extrait visionnaire:

(…) je n’écrirai jamais dans un journal dont je ne serais pas seul responsable. Ne voyez pas dans ces paroles un superbe dédain de ce qu’on appelle journalisme loin de là; j’ai trop l’intelligence de mon époque pour répéter cet absurde non-sens, cette injurieuse ineptie contre la presse périodique; je comprends trop bien l’œuvre dont la providence l’a chargée. Avant que ce siècle soit fermé, le journalisme sera toute la presse, toute la pensée humaine; depuis cette multiplication prodigieuse que l’art a donnée à la parole, multiplication qui se multipliera mille fois encore, l’humanité écrira son livre jour par jour, heure par heure, page par page, la pensée se répandra dans le monde avec la rapidité de la lumière; aussitôt conçue, aussitôt écrite; aussitôt entendue aux extrémités de la terre, elle courra d’un pôle à l’autre, subite, instantanée, brûlant encore de la chaleur de l’âme qui l’aura fait éclore; ce sera le règne du verbe humain dans toute sa plénitude; elle n’aura pas le temps de mûrir, de s’accumuler sous la forme de livre; le livre arriverait trop tard; le seul livre possible dès aujourd’hui, c’est un journal.

Alphonse de Lamartine, Sur la politique rationnelle, C. Gosselin, 1831.

Mais cette communication ne se transmet pas, au sens que Régis Debray donne à ces termes, car elle se périme, s’efface, se dégrade; elle ne fait pas corps, elle ne fait pas corpus:

De plus en plus nous sommes accablés sous le monceau de papier noirci qui croule chaque matin. Où s’en vont donc tous les vieux journaux? Cela est terrible à penser, ces millions de numéros qui disparaissent, inutiles, vieillis en deux heures. (…) On ouvre un journal, on le parcourt, on le jette. Je doute qu’il existe des gens encore assez naïfs pour s’encombrer d’une collection, tout le monde sachant que les faits n’ont que l’intérêt de l’heure présente. Et ce n’est plus un journal, c’est quatre, cinq, davantage les matins de crise, qu’on achète et qu’on froisse, lorsqu’on a lu les vingt lignes intéressantes. Tout cela va au ruisseau, les rues charrient du papier piétiné, maculé par nos fièvres du jour.

Emile Zola, préface à Charles Chincholle, Les Mémoires de Paris, Librairie moderne, 1889.

La production de presse se lit, et se lit vite et beaucoup, mais ne se lit pas longtemps et surtout ne se lie pas. D’où, pour assurer sa survie et donc sa transmission, la nécessité de mettre en place un double processus éditorial, en doublant la production médiatique par le recours au livre qui, lui, conserve et fait corps, fait corpus, fait œuvre9. Il n’y a effectivement pas de machine à transmettre, mais il y a des dispositifs, techniques, économiques, institutionnels, symboliques qui y travaillent, et le livre en est un, certainement le principal dans notre culture. La patrimonialisation de cette production journalistique « périssable » passe donc, et de façon très efficace, par le livre. Autrement dit, ce ne sont pas seulement leurs contenus, leur richesse d’invention, de pensée, d’écriture qui ont fait des textes de presse à partir desquels ont été composés Les Lettres de mon moulinTerre des hommes, Actuelles, etc., des « classiques », c’est leur « mise en livre ».

Ce travail de reconditionnement en livre de ses textes de presse, Mauriac l’a envisagé très tôt:

Comme je n’ai pas gardé « L’âge de la réussite »10, vous serez gentille de le découper si vous pouvez retrouver cet article – et les garder tous. J’aurai ainsi dans deux ans un livre tout fait que j’appellerai Journal,

écrit-il à sa femme le 26 juillet 1932.

C’est ainsi que se construit le premier volume du Journal qui paraît chez Grasset en 1934. Quatre tomes suivront… Alors que ses articles sont les fruits dispersés d’une production et d’une activité éphémères, la reprise en livre en fait une œuvre durable et de grande ampleur. Or le livre induit d’autres usages que les usages natifs. Il a certes son efficacité, en matière de diffusion, de consécration/légitimation et de transmission. Mais il a lui-même ses contraintes (volume). Il stocke, conserve, structure, permet une consultation aisée et souple. Mais cette transmission, qui implique une pérennisation et donc une patrimonialisation potentielle par le livre, dans le livre, entraîne également une altération, une transformation, une métamorphose. Il conserve et transmet – mais autre chose.

Manuscrits de l’article « Un dessin de Sennep » publié le 24 septembre 1935 dans Le Figaro et coupure de l’article découpée par sa femme et conservée à la BM de Bordeaux dans le Fonds Mauriac.

Le premier travail de patrimonialisation du corpus qui nous mobilise a donc été celui de l’auteur lui-même lorsqu’il a décidé de constituer une partie de sa production de presse en livre. C’est un processus que je propose d’analyser en trois phases : mise en texte (sélection, reformulation/corrections/suppressions/ajouts, compléments), mise en livre (disposition dans un « volume » et structuration/indexation de celui-ci) et mise en œuvre (prise en charge par l’auteur/éditeur de ce qui fait œuvre, titre/signature, gestion du « péritexte éditorial »11). Ce choix, ce geste, isole et sauve une partie de sa production, et rejette dans un oubli assumé, volontaire, une autre partie qui échappe alors à la transmission et disparaît. C’est également un processus d’intégration, d’amalgame, Mauriac faisant disparaître toute trace de date et de source renvoyant à la publication initiale, favorisant la fusion des fragments en un tout plus ou moins homogène (ce processus « recueil » peut aller jusqu’à des formes encore plus englobantes lorsque, par exemple, Antoine de Saint Exupéry tire du recueil de ses articles un livre comme Terre des Hommes ou Octave Mirbeau un roman comme Le Jardin des supplices). Ainsi, c’est bien le geste du « recueil » qui fait œuvre, qui crée les conditions, nécessaires mais pas suffisantes d’une patrimonialisation. D’autres suivront ce geste fondateur: rééditions, discours d’accompagnement, intégration dans les Œuvres complètes (avec préface justificative) et, au-delà, traductions, reprises en poche (ou en Pléiade). Le processus est lancé…

Le numérique constitue un dispositif neuf avec lui aussi ses fonctionnalités et ses contraintes. Il définit un nouvel usage, de nouvelles appropriations. Et prend sens au sein d’un nouveau projet éditorial. Une des questions qu’il conduit à poser: s’il assure la communication, la diffusion, la transmission (dans l’espace plus que dans le temps ceci-dit…), assure-t-il la patrimonialisation et, si oui, est-ce également en altérant, en transformant, comme le fait le livre?

Les choix éditoriaux du processus de numérisation – et le processus lui-même – refragmentent, délient, « dé-livrent » au sens où ils font sortir les énoncés (les « textes ») des volumes dans lesquels ils avaient été enfermés pour être conservés et transmis. Avec Mauriac en ligne, nous avons choisi de revenir à une publication première replacée dans son environnement médiatique, fait le choix également de l’exhaustivité et donc du « repêchage » des éléments sacrifiés (le livre sélectionne d’abord par contrainte de volume mais aussi sur la base de critères de « qualité »), du stockage et de l’indexation par « unités textuelles » identifiables par elles-mêmes (titre, date, périodique, mais aussi description, mots-clés, format de publication, etc.). C’est un processus de « dé-livraison »12, qui s’appuie sur un processus d’éditorialisation, telle qu’elle est pensée par Bruno Bachimont qui insiste sur cette fragmentation du document dans l’univers numérique13, et donc sur la volonté de concilier la communication, la consultation (automatisée par requêtes) et la transmission (remontée du temps, vers une source, une origine, par recontextualisation mais aussi projection vers l’avenir par stockage et archivages des fichiers numériques).

L’objectif de Mauriac en ligne est donc d’assurer une conservation / transmission de l’article original, ou plutôt d’un ersatz de celui-ci, afin de lui redonner une valeur d’usage (recherche scientifique, explorations pédagogiques, etc.). Après la « feuille » (journal), après le « volume » (livre), voici un « espace » qui s’appuie sur une base interrogeable, ouverte, accessible, et un écran d’affichage, seule partie visible, lisible du travail de structuration, et donc d’étude de ces textes, qui reste, pour sa part, « caché ». Pour que ce processus contribue à la patrimonialisation des textes rassemblés, selon cette visée communicationnelle, il faudra donc qu’il réponde aux exigences de « légitimation » associées aujourd’hui à d’autres formats (le livre en premier lieu) et à certains usages (scientifiques et pédagogiques) portés par les institutions (école, université). Un moissonnage efficace par les différents acteurs du patrimoine numérisé et une visibilité croissante à travers les moteurs de recherche sont aujourd’hui les conditions certaines d’une diffusion massive mais elles ne sont pas encore, à elles seules, processus de patrimonialisation…

Pour citer cet article : Philippe Baudorre, "Numérisation et patrimonialisation : l’exemple de « Mauriac en ligne »," dans Mauriac en ligne, 30/05/2018, https://mauriacenligne.hypotheses.org/164.
  1. Marie-Odile André, Les mécanismes de classicisation d’un écrivain – Le cas de Colette, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, Université de Metz, collection Recherches textuelles, 2000. []
  2. « Le patrimoine littéraire que l’école doit transmettre aux élèves et qui participe de la culture humaniste doit être considérée pour ce qu’elle est d’abord : une littérature habitant notre présent, nourrissant de manière toujours renouvelée les créations contemporaines les plus diverses, présente dans nos vies et sur les écrans de notre époque. » Brigitte Louichon, « Le patrimoine littéraire: un enjeu de formation« , Trema, N°43, 2015. []
  3. Les Mémoires intérieurs et Nouveaux Mémoires intérieurs publiés dans le volume des Oeuvres autobiographiques sont issus de textes parus dans la presse, essentiellement dans Le Figaro littéraire. []
  4. Sauf dans sa version numérisée par le programme Mauriac en ligne et qui sert aujourd’hui d’appui à des actions pédagogiques ; celles-ci s’inscrivent toutefois, non pas dans les programmes pédagogiques obligatoires, mais dans des projets de type « Education Artistique et Culturelle » (EAC) ou « Education aux Médias et à l’Information » (EMI). []
  5. Ce processus peut être défini ainsi : « La patrimonialisation pourrait s’interpréter comme un processus social par lequel les agents sociaux (ou les acteurs si l’on préfère) légitimes entendent, par leurs actions réciproques, c’est-à-dire interdépendantes, conférer à un objet, à un espace architectural, urbanistique ou paysager ou à une pratique sociale (langue, rite, mythe, etc.) un ensemble de propriétés ou de « valeurs » reconnues et partagées d’abord par les agents légitimés et ensuite transmises à l’ensemble des individus au travers des mécanismes d’institutionnalisation, individuels ou collectifs nécessaires à leurs préservations, c’est-à-dire à leur légitimation durable dans une configuration sociale spécifique. » Emmanuel Amougou, La question patrimoniale. De la « patrimonialisation » à l’examen des situations concrètes, Paris, L’Harmattan, p. 25. []
  6. « Communiquer, l’acte de transporter une information dans l’espace. Transmettre, l’acte de transporter une information dans le temps. (Dans la transmission, le transport transforme). Telle serait la nuance capitale.« , Régis Debray, Cahier de médiologie, n°11, 2001, p. 17. []
  7. Nous reviendrons plus loin sur ce terme mais nous suivons ici la défénition proposée par Marcello Vitali-Rosati dans « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? ». []
  8. Depuis 1836, diraient Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant; cf.Alain Vaillant et Marie-Éve Thérenty, 1836: l’an I de l’ère médiatique, étude littéraire et historique du journal La Presse d’Emile de Girardin, Nouveau monde Editions, 2001. []
  9. Bien sûr, nous n’évoquerons pas ici les procédures mises en place par les bibliothèques patrimoniales pour conserver des fonds de presse, car notre propos est d’interroger la patrimonialisation non pas seulement comme un processus de conservation mais aussi et surtout comme un processus de mise en présence du passé dans une perspective finalement communicationnelle ; cf. Jean Davallon, Le don du patrimoine: une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès, 2006. []
  10. Article de L’Echo de Paris du 2 juillet 1932, accessible en ligne sur Mauriac en ligne. []
  11. « J’appelle péritexte éditorial toute cette zone du péritexte qui se trouve sous la responsabilité directe et principale (mais non exclusive) de l’éditeur, ou peut-être plus abstraitement mais plus exactement de l’édition , c’est-à-dire du fait qu’un livre est édité, et éventuellement réédité, et proposé au public sous une ou plusieurs présentations plus ou moins diverses.« , Gérard Genette, Seuils, Paris, Essais/Points, p. 21. []
  12. Patrimoine littéraire en ligne: la renaissance du lecteur?, Textes réunis par Dominique Péty, LLSETI, Collection CORPUS, 2015, p. 7. []
  13. Bruno Bachimont, «Nouvelles tendances applicatives: de l’indexation à l’éditorialisation», L’indexation multimédia, Paris, Hermès, 2007. []

Philippe Baudorre

Philippe Baudorre est professeur de littérature française à l'université Bordeaux Montaigne. Il travaille plus particulièrement sur les relations entre presse et littérature au XXème siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.