Malagar augmentée ou la rencontre d’une muséographie analogique avec une technologie pervasive

Trois ans après le début des travaux de restauration de la maison girondine de François Mauriac, le samedi 16 septembre 2023 avait lieu l’inauguration du Domaine de Malagar après rénovation. Cette annonce s’est accompagnée de deux nouveautés numériques : une refonte totale du site internet de la structure et le lancement public de la visite augmentée de la maison, toutes deux réalisées, et c’est notable, par la même entreprise spécialisée dans l’éditorialisation de contenus numériques1. Concrètement, cette proposition consiste en une visite guidée et enrichie du rez-de-chaussée de la maison, visite ponctuée de documents audio, vidéo et photo illustrant la vie, l’œuvre de François Mauriac et l’histoire du domaine de Malagar. Elle s’inscrit dans un programme de numérisation des ressources mauriaciennes plus vaste et fait suite à la création de la visite virtuelle proposée au sein de l’ancienne étable du domaine et que j’ai à plusieurs reprises présentée ici2. J’ai eu la chance d’expérimenter cette visite augmentée en juillet 2023 avec l’accompagnement d’Astrid Llado, responsable des projets d’éducation artistique et culturelle au sein du CFMM, et également de discuter de cette nouvelle offre avec Marie-Sylvie Bitarelle, directrice, dans le cadre du séminaire PatrimoniaLitté qui s’est tenu en ligne le 26 septembre dernier. Ce séminaire, dédié aux “Présence(s) et absence(s) des objets numériques au sein des expositions littéraires” a également permis d’échanger avec l’équipe du collectif Collectif or Normes en charge du projet La Digitale au sein de la maison natale de Jean Giraudoux à Bellac (87), Christelle Derré et Manon Picard3. Ce billet rend compte des réflexions exploratoires nées de ces différents échanges…

De la muséographie analogique dans les maisons d’écrivain

En 2019, Marie-Clémence Régnier revient sur la création au XIXe siècle de la maison-musée de Corneille à Petit-Couronne, premier lieu de ce genre en France pour un écrivain et unique représentante de ce type d’institution jusqu’à l’orée du XXe siècle en France4. Celle-ci revient sur les conditions de l’aménagement progressif d’un décor domestique, intimiste, qui a sans aucun doute influencé la muséographie de ces maison-musées qui mêlent en effet le plus souvent une reconstitution du lieu de travail de l’écrivain avec des éléments de l’œuvre littéraire. Ainsi, “le visiteur est […] pris dans un mélange de fiction littéraire et de réalité biographique”, proposition muséographique et médiatique bien décrite par exemple en 2007 par Delphine Saurier dans son enquête menée au sein de la Maison de Tante Léonie où la figure et l’œuvre de Marcel Proust s’entremêlent dans un ensemble de médiations complexes5. Un an plus tôt déjà, Anneliese Depoux s’interrogeait pour sa part dans la revue Communication & Langages sur la muséographie si caractéristique de ces demeures en s’intéressant cette fois au Musée Joachim du Bellay qu’elle proposait de décrire ainsi :

Le musée d’écrivain se présente comme une collection composite d’objets utilisés pour leur puissance d’évocation et pour leur capacité à véhiculer des représentations. C’est dans l’articulation de ce dispositif que l’on peut déceler les modalités d’un texte. Les objets y fonctionnent comme des signes, ils acquièrent dans cet espace une “opérativité symbolique”. Ces institutions muséales constituent alors des lieux dans lesquels “s’édifie” un discours hybride sur le littéraire.

Anneliese Depoux, “De l’espace littéraire à l’espace muséal : la muséographisation de Joachim du Bellay”, Communication et langages, n°150, 2006. p. 93-103.

Le rappel de ces différentes monographies a pour avantage de souligner combien le patrimoine littéraire, en tant qu’objet culturel, repose sur un ensemble de médiations combinées. Au sein des maisons-musées, ces médiations se matérialisent dans un parcours muséographique et, le plus souvent, une visite guidée – parfois théâtralisée6 – qui facilitent la réception auprès des visiteurs de la dimension patrimoniale de l’auteur dont il est question7. Ces propositions reposent sur une “muséographie analogique” dépeinte par Raymond Montpetit en 1996 :

Cette forme de mise en exposition présente des ensembles d’objets disposés dans l’exposition comme ils l’étaient dans leur contexte d’origine. Elle installe une “image” du réel, une “scène de vie” qui fait référence, par ressemblance, à une situation réelle, que les visiteurs reconnaissent comme étant à l’origine de la présentation. La réception requise n’exige pas de compétence particulière, hormis celles qui prévalent dans la perception courante de la vie quotidienne.

Raymond Montpetit, “Une logique d’exposition populaire. Les images de la muséographie analogique”, Publics et musées, n°9, janvier-juin 1996, p. 91-92.

Pour préciser sa pensée, celui-ci s’appuie d’ailleurs sur l’évocation de deux types de mises en scènes littéraires, qu’elles aient pour objectif de rappeler un personnage historique ou bien d’évoquer un univers fictionnel :

C’est ainsi que des objets matériels exposés peuvent être disposés pour former le décor quotidien réel de tel auteur célèbre, – la chambre de Marcel Proust – mais peuvent aussi faire voir l’environnement imaginaire d’un personnage de roman, comme c’est le cas à Londres, pour la visite de la maison de Sherlock Holmes…

Ibid.

Plus récemment, le chercheur est revenu sur cette définition en l’interrogeant à l’aune des musées d’Histoire et de l’évolution des muséographies depuis le XIXe siècle8. Ce faisant, Raymond Montpetit souligne combien ces muséographies révèlent, “en creux”, l’absence des personnages historiques évoqués à travers les traces réunies et muséalisées dans ces mises en scène dont les origines peuvent en outre se trouver dans le mouvement de conservation des maisons historiques in situ. Les objets et décors conservés sur site assument dès lors le rôle d’indice de ce temps passé à jamais révolu que la muséographie cherche à rendre à nouveau présent en abolissant, en quelque sort, la barrière temporelle.

De fait, les possibilités désormais permises aux médiatrices de la maison de “convoquer”, selon les termes de l’équipe9, durant leur parcours de visite des documents numérisés, des sons d’ambiance ou des voix comblent en toute logique ce manque d’humanité en figurant matériellement les anciens occupants, François Mauriac mais aussi sa femme, ses enfants, petits enfants, entourage et amis accueillis à Malagar et dont les nombreuses photographies conservées par le CFMM témoignent. Cette humanisation de la demeure repose, pour reprendre les termes de Raymond Montpetit proposés en 2022, sur le rappel des “corps en contact indiciel d’empreinte avec une source”. Mais cette convocation de contenus numériques modifie-t-elle le récit de l’exposition ? Comment d’autre part ces interventions muséales influencent elles la perception des traces conservées par le CFMM ?

L’interface de “convocation” des substituts numériques via une tablette tactile lors des visites.
Cliché Jessica de Bideran, juin 2023.

Des technologies pervasives qui augmentent le discours de médiation

Au sein de la demeure, les choix muséographiques effectués par le CFMM se caractérisent par une invisibilisation des objets et supports techniques nécessaires à la diffusion de contenus numériques. A l’inverse en effet des totems interactifs consultables au sein du chai du rouge, espace d’interprétation proposé en accès libre avant la visite guidée de la maison, au sein de la demeure, les substituts numériques convocables sont projetés directement sur les murs ou à l’intérieur de placards que les médiatrices ouvrent tels les rideaux d’une scène de théâtre ; les vidéoprojecteurs, quant à eux, sont cachés aux yeux des visiteurs, dans des conduits de cheminés ou au-dessus d’une poutre… Certes, ce choix est tout d’abord lié au classement Monument historique de cette demeure qui oblige les responsables du CFMM à limiter au maximum les interventions contemporaines sur le décor complet de la maison afin d’en conserver son intégrité. Mais on peut également lire dans cette orientation le souhait de ne pas briser “l’enchantement” sur lequel repose la visite de la maison, espace-temps au cours duquel publics et médiatrices admettent d’expérimenter, de manière collective, la dimension performative du patrimoine littéraire monumentalisée grâce à cette muséographie analogique mais aussi aux compétences de transmission des acteurs et professionnels de terrain (Winkin, 2001)10. Au demaurant, cette volonté de discrétion des outils numériques a également été relevé par Eva Sandri au sein d’un musée ethnographique, le Museon Arlaten, dont les professionnels redoutaient, lors de la refonte du parcours permanent, une invasion par l’écran (Sandri, 2017)11. Je note pareillement ce désir de “ne pas céder aux sirènes du gadget, aussi performant et attrayant soit-il” dans les propos publiés en 2021 par Marie-Sylvie Bitarelle et Astrid Llado au sujet de cette restauration et des outils numériques en cours de développement12

La visite “augmentée” du bureau de travail de François Mauriac
Cliché Jessica de Bideran, juin 2023.

Le décor expographique reste par conséquent inchangé, tout comme le parcours de visite du rez-de-chaussée qui débute toujours par la cuisine, puis traverse les pièces plus nobles (salle à manger, vestibule, salon) pour terminer dans le bureau de l’auteur. A chaque pièce, la médiatrice, munie de sa tablette13, peut convoquer tout une série de substituts numériques : des photographies de la famille, des scènes de vie intime, etc., mais aussi des sons qui cherchent à animer les objets présents dans ce décor et que l’on ne peut toucher : le moulin à café, la sonnerie du tableau de service, etc., comme autant de signes de vie rappelant le quotidien des anciens occupants de la maison.

Cette convocation localisée de substituts numériques, audios comme iconographiques, repose sur la dimension pervasive des technologies numériques en réseau disponibles en permanence : la tablette qui outille les médiatrices est reliée à un réseau sans fil ad hoc et permet à tout moment d’aller chercher de l’information numérique circonstanciée qui vient enrichir le contexte de lecture de la muséographie analogique. Les objets exposés sont enrichis localement par l’apport d’informations supplémentaires qui les animent ou les humanisent en donnant à entendre ou à voir leurs usages passés. En d’autres terme, et pour reprendre les travaux de Jean Davallon sur la patrimonialisation, ces substituts numériques font exister dans le “présent actif” (temporel, celui du visiteur d’aujourd’hui) les traces du passé et matérialisent de cette façon un “présent continué” (intemporel, celui des êtres humains qui ont autrefois habité cette demeure) (Davallon, 2006, p. 115)14.

Par ailleurs, et à la différence, par exemple, des expérimentations menées autour des jeux pervasifs au musée (Jutant, Guyot et Gentès, 2009)15, ici le dévoilement du sens caché d’objets aussi divers que les portraits de famille qui ornent les boiseries de la salle à manger ou du service en opaline installé sur une desserte du salon ne se fait pas directement par le visiteur mais par le truchement de la médiatrice qui s’adapte à ses publics et aux questions qui traversent le groupe. L’enchâssement des médiations du patrimoine littéraire se complexifie : à la muséographie analogique et au tiers médiateur (Fraysse, 2015)16, c’est-à-dire ici concrètement la guide qui accompagne tout visiteur, s’ajoute dorénavant la consultation de documents numériques qui viennent, en quelque sorte, attester de la vie passée et des usages révolus des lieux arpentés. De fait, s’il y a une dizaine d’années, les commentateurs des pratiques de médiation culturelle pouvaient s’inquiéter d’une éventuelle disparition des guides humains face au développement des dispositifs instrumentés, les évolutions récentes ont plutôt tendance à montrer une plus grande hybridité entre les techniques, les objets et les interventions humaines ; c’est par exemple ce qu’étudie Virginie Blondeau dans le cadre de sa thèse où elle enquête sur la transmission de l’Histoire à travers des histoires individuelles. Suivant les formes d’existence des témoignages dans la muséographie patrimoniale, elle constate que “le dispositif numérique est au service de la médiation culturelle et la technicité n’entrave pas l’expérience des visiteurs car elle est prise en charge par le musée représenté par le médiateur” (Blondeau, 2020: 234)17.

In fine, par le recours à ces traces, et compte tenu de l’abstraction du concept de patrimoine littéraire, le discours de médiation donne à voir une sorte de démonstration explicative de la qualité patrimoniale de la demeure, certes, mais aussi et surtout de son ancien propriétaire, François Mauriac (dont l’historicité, finalement, ne fait pas de doute ici), et, par extension, de son œuvre “immatérielle”, c’est-à-dire littéraire et conservée, elle, dans l’objet livresque, absent de la maison. Pour conclure cette brève présentation, je souhaiterai souligner enfin une des principales modifications des pratiques de transmission du caractère patrimonial de cette maison-musée observable depuis l’intégration de ce dispositif hybride : la convocation, notamment, de nombreuses photographies numérisées de l’auteur et des ses proches entre en effet nécessairement en résonnance avec les expériences personnelles et souvenirs intimes des visiteurs et suscite à n’en pas douter une certaine identification à la dimension familiale de l’auteur… quitte, peut être, à éloigner sa dimension littéraire ? C’est en tout cas une piste à poursuivre…



Citer ce billet
Jessica de Bideran (2023, 18 octobre). Malagar augmentée ou la rencontre d’une muséographie analogique avec une technologie pervasive. Mauriac en ligne. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/raud

  1. Le site internet comme l’ensemble des interfaces de consultation des substituts numériques au sein de la maison et les totems interactifs consultables au sein du chai du rouge, le centre d’interprétation de la maison, ont été réalisés par la société Nums, “maison de production digitale bordelaise spécialisée en création d’identité visuelle print/web/video et en médiation numérique.” (page consultée le 9 octobre 2023). []
  2. Voir le billet “Présences numériques des patrimoines mauriaciens” publié le 28 juin 2021 et le texte “A nouvelles ressources médiatiques, nouveaux usages pédagogiques” mis en ligne le 9 juin 2022 ; je renvoie également à la publication de l’article dédié à ce dispositif au sein du dossier n° 38 de la revue Culture & Musées“Numérisation et mise en scène du patrimoine littéraire dans les maisons d’écrivains : la visite virtuelle du Centre François-Mauriac de Malagar”Culture & Musées, n°38, 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021. []
  3. A cet égard, voir une première analyse de ce projet publié dans le dossier n° 4 de la revue de l’Enssib, Balisages : “Mettre en récit l’absence de collections : La renaissance de la maison natale de Jean Giraudoux”Balisages, n°4, 2022, mis en ligne le 21 mai 2022. []
  4. Marie-Clémence Régnier, “La maison-musée de Corneille à Petit-Couronne : mise en scène de l’écrivain à demeure”Culture & Musées, n°34, 2019, p. 81-106. []
  5. Delphine Saurier, “Proust dans ses meubles. Patrimonialisation de la Maison de tante Léonie”Ethnologie française, vol. 37, n° 3, 2007, p. 541-549. []
  6. C’est la cas par exemple de la maison Jules Verne d’Amiens qui propose régulièrement des visites théâtralisées (page consultée le 11 octobre 2023. []
  7. Reste à définir le schème interprétatif sur lequel repose ce discours et qui permet à chacun de reconnaître cet objet particulier comme relevant du patrimoine. []
  8. Raymond Montpetit, “Figuration et muséographie analogique dans les musées d’histoire”, p. 215-236, in Poulot, Dominique. L’effet musée : Objets, pratiques et cultures. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2022. []
  9. L’usage de ce terme mériterait en soi un développement ; je renvoie ici à la définition que donne le CNRTL du mot “convocation : Acte par lequel une autorité compétente convoque une ou plusieurs personnes. […] Acte d’une autorité par lequel une ou plusieurs personnes sont appelées à se rendre auprès de cette autorité ou de ses représentants.” URL : https://www.cnrtl.fr/definition/convocation. Eric Langlois, dans un article sur la notion de cybermuséologie, parle, quant à lui de consignations, terme qui mériterait d’être décortiquer : “En conséquence, des captations par l’image (consignations) ont eu lieu. On a ainsi capté numériquement les sujets à représenter.” dans Eric Langlois, “La cybermuséologie et ses nouveaux objets culturels : mise en contexte et étude de cas”Muséologies, volume 7, numéro 2, 2015, p. 73-93. []
  10. Yves Winkin, “Propositions pour une anthropologie de l’enchantement”, p. 169-179 in Unité-diversité. Les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation / sous la direction de Paul Rasse, Nancy Midol et Fathi Triki, Paris : L’Harmattan, 2001. []
  11. Eva Sandri, 2017. “Enjeux de la présence physique et symbolique des écrans au musée”Interfaces numériques, n°6(2), 2017, mis en ligne le 12 février 2018. []
  12. Marie-Sylvie Bitarelle et Astrid Llado, “Malagar, domaine de François Mauriac”La Revue de la BNU, n° 24, 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021. []
  13. Je précise par ailleurs qu’en plus de leur tablette, les médiatrices ont toujours à disposition au sein de la maison, cachés dans des tiroirs ou derrière des portes de placards, des éditions contemporaines des romans de l’auteur, ce qui permet de poursuivre la mission d’une transmission littéraire… []
  14. Jean Davallon, Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Hermes – Lavoisier, Paris, 2006. []
  15. Camille Jutant, Aude Guyot et Annie Gentès, “Visiteur ou joueur ?”La Lettre de l’OCIM , n°125, 2009, mis en ligne le 01 septembre 2011. []
  16. Patrick Fraysse, “La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ?”Distances et médiations des savoirs, n° 12, 2015, mis en ligne le 18 décembre 2015. []
  17. Virginie Blondeau, Vers un humanisme numérique : du témoin vivant au grand témoin numérique, Thèse de doctorat en SIC, Université Polytechnique Hauts-de-France, Valenciennes, 2020. []

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search