Présences numériques des patrimoines mauriaciens

Malgré le contexte sanitaire, les expérimentations médiatiques et pédagogiques permises par la numérisation des patrimoines littéraires rattachés à la figure de l’écrivain François Mauriac furent nombreuses durant cette année 2020-2021. Cette multiplication de projets tient sans aucun doute à plusieurs facteurs : 2020, année du cinquantenaire de la mort de l’écrivain1, fut en effet marquée par un certain dynamisme autour de l’œuvre mauriacienne. Mais l’accélération du programme de numérisation des collections patrimoniales du Centre François Mauriac Malagar (CFMM), qui regroupent des objets immobiliers, mobiliers et documentaires, n’est sans doute pas étrangère à cette multiplication des présences numériques du patrimoine mauriacien. Si sur le site même du CFMM, ce programme s’est concrétisé par la production de différents dispositifs numériques de médiation, des outils ont aussi été développés pour être exploités hors les murs, au sein notamment des établissements scolaires désireux de faire venir Malagar à eux. Ce billet rapidement rédigé souhaite donc garder la trace des ces multiples présences numériques pour de futures perspectives de travail.

De la visite virtuelle de la maison…

Pour pallier la fermeture de la maison durant les travaux de restauration, une “visite virtuelle”2 est ainsi proposée depuis le mois de juin 2020 aux visiteurs du CFMM. Cette visite virtuelle grandeur nature est projetée sur deux grands écrans dans l’étable du domaine et suit le même parcours que celui de la maison. Augmentée d’archives iconographiques et audiovisuelles inédites, celle-ci propose, nous dit le site internet de l’établissement, “une immersion originale dans l’univers intime de François Mauriac”. Or les enjeux qui accompagnent la mise en place de ce dispositif sont nombreux pour le CFMM : appropriation par les guides de l’outil et adaptation de leurs discours de visite, réception par les publics de la proposition, et évolution à envisager lors de la réouverture de la maison pour adaptation dans les futurs parcours de visite in situ qui pourront “convoquer” des éléments issus de cette visite virtuelle via des outils intégrés à la muséographie (documents numérisés, sons d’ambiance, voix, etc.), etc. Pour accompagner cette transition et mieux cerner le renouvellement des pratiques de médiation permis par ce dispositif, une série d’entretiens fut réalisée sur place auprès des médiatrices de la maison dans le cadre d’un enseignement dédié aux étudiants et étudiantes du Master 2 Communication et Générations : Etude des publics de l’Université Bordeaux Montaigne (ISIC)3. Les résultats de cette enquête menée entre les mois d’octobre et de décembre 2020 seront publiés dans le prochain dossier de la revue Culture & Musées consacré à la patrimonialisation de la littérature.

Visite virtuelle de la maison de François Mauriac au domaine de Malagar – Juin 2020.

Cependant, plusieurs éléments recueillis peuvent être rapidement esquissés ici. Il est, d’une part, intéressant de souligner que chez ces professionnelles de la médiation, l’analyse de la visite virtuelle se fait toujours en regard de l’expérience que celle-ci connaissent dans la maison : en déambulant sein de cet espace muséographique sans aucun élément de distanciation traditionnels tels que cartels ou cordons de sécurité, les médiatrices ont en effet le sentiment de partager non seulement des connaissances mais aussi une forme d’émotion qui est plus difficilement mobilisable à travers l’expérience numérique. En revanche le recours à ce substitut numérique de grande taille apporte d’autres avantages, telle que la captation de l’attention des visiteurs qui se concentrent plus facilement sur le discours et paraissent moins distraits par les nombreux objets qui les environnent lorsqu’ils sont dans la maison. D’autre part, et bien que la prise en main de l’outil se soit faite aisément, cela n’empêche pas ces professionnelles de ressentir une forme d’appréhension face aux groupes de visiteurs lors du lancement de l’expérience : il s’agit en effet de les convaincre de l’intérêt de ce dispositif qui, certes, ne remplace pas la visite à l’intérieur de la maison, mais qui apporte toutefois un autre regard sur celle-ci. Ainsi, d’un point de vue pratique professionnelle, cette dimension “visite augmentée” permise par l’apport documentaire et la personnalisation du discours de médiation est fortement appréciée, chacune pouvant articuler ses envies et habitudes en fonction des publics… D’ailleurs, cette première enquête se poursuivra en 2021-2022 par une analyse des réceptions observables du côté des publics, notamment scolaires.

… à la destinée triviale des œuvres mauriaciennes

Comme le souligne Brigitte Louichon, l’appréhension des corpus d’œuvres que les textes officiels de l’Education nationale regroupent désormais avec une certaine facilité sous des expressions telles que “patrimoine littéraire”, “littérature patrimoniale” ou encore “textes patrimoniaux”, reposent en réalité sur des réceptions contemporaines qui les réactualisent et les font revivre au sein de l’espace public. Et la chercheuse de poursuivre son raisonnement en signalant que cette présence de l’œuvre littéraire patrimoniale s’élaborent autour de la construction d’objets sémiotiques secondaires qu’elle classe en 4 catégories, selon notamment leurs usages possibles en didactique (Louichon, 2015)4. Cette réflexion sur les appropriations contemporaines d’œuvres littéraires élevées en objets patrimoniaux peut évidemment être rapprochée du travail théorique effectué par Yves Jeanneret dans le cadre de la conceptualisation de la notion de “trivialité” : c’est par cette circulation créative à travers des espaces publics et sociaux, autrement dit par leur destinée triviale, que ces objets s’enrichissent, se transforment et deviennent des êtres culturels (Jeanneret, 2008)5. Débarrassée de la dimension péjorative souvent associée au terme “trivial”, la trivialité est donc circulation, traduction, interprétation, transmission d’êtres culturels tels que le patrimoine littéraire, si complexe à définir (Saurier, 2020)6 mais qui regroupe lui aussi des “mixtes d’objets, de représentations, et de pratiques ” (Jeanneret, 2008 : 15). La communication médiatisée et discontinue joue ici un rôle fondamental puisqu’elle participe à la production de ces êtres culturels. Deux projets repérés cette année permettent d’illustrer cette destinée.

Ainsi, dans le cadre des différentes actions qui devaient initialement rythmer l’année Mauriac 2020, la bibliothèque de Bordeaux a expérimenté avec la publication en ligne des 6 épisodes de L’ Affaire des Chartrons sur le blog Mauriac2020 la création d’une “fanfiction” autour du célèbre roman Thérèse Desqueyroux édité Grasset en 1927. Si le terme de “fanfiction”, utilisé par l’institution lors de ces différents post sur les réseaux sociaux numériques pour faire connaître cette initiative paraît quelque peu inapproprié compte tenu des pratiques traditionnellement observées dans ce domaine d’activité7, la catégorisation proposée par Brigitte Louichon autorise à classer cette création dans le domaine des “transfictions”, c’est-à-dire des récits et des histoires qui reposent sur la migration d’un élément fictionnel de la narration vers un autre support pour raconter autre chose à son propos. Toutefois, ici la bibliothèque ne crée pas une nouvelle fiction et tout au contraire redonne sa valeur historique à Thérèse Desqueyroux en racontant en réalité le procès d’Henriette Canaby, l’empoisonneuse des Chartrons qui inspira François Mauriac pour créer sa Thérèse8. Produite pour valoriser le fonds Mauriac conservé par la bibliothèque de Bordeaux – Mériadeck, dont les collections patrimoniales consacrées au panthéon littéraire local constituent le fondement de l’identité régionale et de l’attractivité nationale et internationale (Henryot, 2021)9, cette forme d’éditorialisation multiplie en effet le recours à des substituts numériques qui témoignent de l’authenticité de cet ancien fait divers et agissent comme des indices historiques nous reliant à cette époque lointaine.

Capture d’un post Facebook publié le 29 janvier 2021 par le compte des bibliothèques de Bordeaux – Janvier 2021.

Initiée par un établissement culturel, cette production médiatique reprend le principe du remix, si présent dans la culture numérique, mais se détache en revanche de la logique participative qui suppose la création d’une communauté de publics désireux d’interagir et de créer ensemble des contenus. Recherchée aujourd’hui par de nombreux établissements patrimoniaux qui tentent de faire participer leurs publics à leurs activités par diverses manières, cette démarche est exploitée de longue date dans de nombreux contextes pédagogiques et notamment dans le cadre des dispositifs d’Education Artistique et Culturelle. Le CFMM a ainsi développé cette posture au sein de ces propositions destinées aux publics scolaires relayées par la Délégation aux Arts et à la Culture (DAAC) du rectorat de Bordeaux. C’est à travers l’action “Itinéraire d’auteurs : François Mauriac” qu’une classe du collège Emile Combes de Bordeaux a récemment produit ce que Brigitte Louichon nomme un métatexte, c’est-à-dire un ensemble de commentaires biographiques et de discours scolaires qui donne à voir et à lire les réceptions présentes de ces patrimoines mauriaciens. Ces métatextes prennent vie dans un livre numérique (voir ci-après) ainsi résumé par les enseignantes en charge de ce projet :

2020 Année Mauriac : un parcours de lectures vous est proposé dans ce livre numérique “Mauriac, sa vie, ses œuvres, nos lectures”  pour mieux connaître Mauriac le journaliste engagé, grand observateur du 20e siècle. Une rencontre avec son arrière petite-fille Léa Wiazemsky donne une note vivante aux écrits de cet auteur. Les élèves de troisième du collège Emile Combes ont visité articles, romans et conçus des petits textes. Des intermèdes ponctuent la lecture : extraits de textes choisis et lus ! Photos et illustrations habillent largement les pages de ce livre. La poésie engagée est également à l’honneur et présente des auteurs dont certains étaient très proches de Mauriac comme son grand ami Jean de La Ville de Mirmont. Bonne lecture !

Emmanuelle Claveau-Turc & Cathy Fourgeau

Au terme de ces présentations, une remarque permet de conclure, au moins pour un temps, les réflexions rapidement esquissées ici : ces diverses destinées triviales du patrimoine mauricien ne sont pas le résultat de la patrimonialisation de cette figure littéraire mais font, au contraire, partie du processus de patrimonialisation en renforçant finalement l’acte de filiation inversée (acteurs institutionnels et acteurs sociaux sélectionnent ce qui fait patrimoine pour eux et le médiatisent) tout en comblant la rupture mémorielle entraînée par le décès de l’écrivain et le transfert progressif de ces différents objets et fonds aux institutions désormais en charge de leur conservation (acteurs institutionnels et acteurs sociaux exploitent ces “traces” pour médiatiser ces contenus et commémorer la figure de l’écrivain). Autrement dit, c’est parce que ces réappropriations médiatiques et numériques existent et circulent que les œuvres de François Mauriac peuvent désormais faire partie du patrimoine littéraire…

Pour citer cet article : Jessica de Bideran, "Présences numériques des patrimoines mauriaciens", Mauriac en ligne, 28/06/2021, https://mauriacenligne.hypotheses.org/1373.
  1. Pour mieux comprendre les différentes actions mises en œuvre, on pourra par exemple consulter cet entretien réalisé par ALCA, l’Agence du livre en Nouvelle-Aquitaine, avec Marie-Sylvie Bitarelle, directrice du Centre François Mauriac de Malagar : Mauriac 2020 : une année exceptionnelle pour le Domaine de Malagar. []
  2. L’expression “visite virtuelle” est utilisée dès la phase de conception du projet, tant par l’équipe du CFMM que par le prestataire extérieur retenu. Ici celle-ci a été produite à partir d’un assemblage de photographies fixes qui ont ensuite été retravaillées au sein d’un logiciel de modélisation en trois dimensions. La projection sur deux grands écrans permet de simuler la visite du site (volumétrie et échelle 1:1) dont l’image évolue dynamiquement, en interaction avec la demande du médiateur. []
  3. Plus précisément, cette étude a été menée dans le cadre d’un enseignement portant sur la médiation culturelle et les publics des institutions culturelles. Elle a été assurée par Louise Bétourné, Amandine Lafôret, Claire Chasseriau, Maeva Landon, Justine Dehease, Amélie Nouat, Laura fernadez, Tess Pesquet, Mélina Jaunas et Alizée Robert. []
  4. Ces 4 catégories, que nous ne discuterons pas ici, sont les suivantes : 1) adaptations ; 2) hypertextes et transfictions ; 3) métatextes ; 4) allusions. Voir : Brigitte Louichon, “Le patrimoine littéraire : un enjeu de formation”Tréma, n°43, 2015. []
  5. Yves Jeanneret, Penser la trivialité, Volume 1  : La vie triviale des êtres culturels, Paris, Éd. Hermès-Lavoisier, 2008. []
  6. Delphine Saurier, “Médiation(s) du lieu littéraire et figure(s) de Marcel Proust”, Recherches & Travaux, n°96, 2020. []
  7. La “fanfiction” est souvent adoptée par de jeunes adultes qui inscrivent cette pratiques d’écriture dans leurs habitudes culturelles privées et partagent leurs créations sur des plateformes dédiées telles que fanfic.fr ou hpfanfiction.org centré sur le héros Harry Potter. Voir à cet égard : Magali Brunel, “LA FANFICTION NUMÉRIQUE : UN ESPACE LETTRÉ DE COMMUNICATION ET DE CRÉATION”, Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, volume 10, octobre 2019. []
  8. Voir par exemple une analyse de ce fait divers : Céline Bertrand, “L’affaire des Chartrons : une « semi-empoisonneuse » bordelaise à la Belle Époque”Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°116-1, 2009. []
  9. Fabienne Henryot, “Les collections, nouvel atout des bibliothèques”Culture & Musées, n°37, 2021. Notons d’ailleurs qu’une première expérimentation transmédiatique avait été mise en place en 2016-2017 par le même établissement autour de l’Exemplaire de Bordeaux et de la figure de Montaigne ; voir à ce sujet : Jessica de Bideran, Mélanie Bourdaa, “Quand les experts du patrimoine s’emparent du transmédia storytelling : l’exemple de Montaigne Superstar, une stratégie inachevée”, Communication & Organisation, 2017. []

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.