Les écrits de presse, une écriture en devenir – Tombeau pour un ami disparu (2/4)

Deuxième volet d’un texte rédigé dans le cadre d’une recherche sur les amitiés littéraires de François Mauriac à partir des articles de presse mis en ligne via la base de données Mauriac en ligne et dont l’introduction a été publiée dans un précédent billet et première étape de la naissance du mythe littéraire du « cercle des amis disparus », 1916.

A l’origine et au centre de cette « configuration », nous trouvons une figure, bien réelle, celle du poète André Lafon, ami de jeunesse auquel Mauriac a voué un culte tout au long de sa vie d’écrivain : « André Lafon m’aura accompagné pendant plus d’un demi-siècle, plus présent au-dedans de moi que s’il ne reposait dans le cimetière de Blaye. »1 ou « Depuis quarante ans ce mort ne m’a pas quitté un seul jour… »2. Mais quel « André Lafon » l’a accompagné ? Celui que Mauriac a connu avant la première guerre mondiale, auquel l’a lié une très profonde amitié, mais aussi, tel qu’en lui-même enfin la mémoire et l’écriture le changent, un André Lafon perdu puis reconstruit, intériorisé et célébré au cours de soixante ans d’écriture ? L’écriture « mythographique » en mouvement en a fait progressivement un « personnage », une représentation littéraire, le centre du « mythe » qui est au cœur de notre propos.

La naissance du mythe autour d’André Lafon

Le texte fondateur de cette construction est l’article « L’un d’eux : André Lafon » que Mauriac publie dans La Revue hebdomadaire le 1 juillet 1916 dont on peut en compléter la lecture par un deuxième article, du 10 août 1918, « La correspondance d’André Lafon », dans La Revue des jeunes. Ces deux textes ont été depuis longtemps repérés comme entrant dans la composition de Vie et Mort d’un Poète en 1924. Mais la consultation de la base de données fait apparaître un troisième article, antérieur au premier et qui entre en résonnance avec celui-ci, « La vocation des survivants », La Revue des jeunes, 25 octobre 1916…

« L’un d’eux, André Lafon », La Revue hebdomadaire, 1 juillet 1916

L’article « L’un d’eux : André Lafon » est donc publié dans La Revue hebdomadaire du 1 juillet 1916. C’est le point de départ d’une série de publications consacrées par Mauriac à son ami récemment disparu, dont l’élément central sera, en 1924, la brochure Vie et mort d’un poète (nous reviendrons là-dessus dans le billet suivant). Cet article est mentionné par François Durand dans son édition des Œuvres autobiographiques en Pléiade3. Celui-ci note que Mauriac a commencé par consacrer à Lafon deux articles, dont celui-ci ; mais la numérisation des articles de presse à travers le projet Mauriac en ligne nous montre que Mauriac lui avait auparavant consacré plusieurs articles sur lesquels nous reviendrons plus loin. Pour autant, il est vrai que cet article peut être considéré comme la première pierre du mythe en construction dans la mesure où il s’agit du premier article de Mauriac postérieur à la mort de Lafon, le 5 mai 1915.

On y trouve déjà clairement disposés les principaux éléments biographiques, les souvenirs personnels qui disent la profonde amitié entre les deux jeunes hommes et l’évocation des œuvres de Lafon qui comptent pour Mauriac, les poèmes, notamment ceux de La Maison pauvre. Lafon y est décrit comme la figure accomplie du renoncement, de l’effacement, de la retraite, du cloître. Une âme née « pour le crucifiement et l’agonie » et pour l’amitié, pour le dévouement complet à l’autre : « André n’aspirait plus à d’autre joie humaine qu’à celle de son ami, semblait-il. »

Leur rencontre s’est faite en présence de Jean de La Ville de Mirmont lisant un poème de Baudelaire, lui aussi déjà marqué, écrit Mauriac, du signe de la mort :

Il y avait, je me souviens, accoudé à la cheminée, un jeune poète bordelais, Jean de la Ville de Mirmont, dont le visage indien s’enveloppait des fumées d’une éternelle cigarette et qui récitait, avec une voix étouffée, un poème de Baudelaire. Ses prunelles sombres regardaient au-delà de ma chambre, au-delà de l’horizon, et peut-être voyait-il le coin de terre où, cette année, à la tête de sa section, il a trouvé une fin sublime… »

« Le retour en Gascogne », Revue hebdomadaire, 16 février 1918.

La Ville de Mirmont a trouvé la mort au front, le 28 novembre 1914. Nous le retrouverons plus loin ; pour l’instant André Lafon est seul au cœur de la représentation.

… une angine le retint à l’infirmerie. Les symptômes de la scarlatine se manifestèrent ; il fut transporté à l’hôpital militaire de Bordeaux, cours Saint-Jean. Il n’a pas vu la mort s’approcher. Un lourd sommeil l’a abattu dont il s’est réveillé auprès du Père, le 5 mai 1915. Ses parents n’ont pu que lui fermer les yeux. Moi, je n’ai pu que m’agenouiller devant son cercueil. Il ne s’est pas échappé de la vie par cette porte sublime, dont nous parle Barrés lorsqu’il célèbre les héros : Péguy, Psichari, Drouot, Clermont… Mourir d’une balle au front, un soir de bataille… O Seigneur, vous avez refusé à mon ami cette gloire, mais vous n’aurez pas dédaigné son obscure agonie dans un lit d’hôpital. Le drapeau enveloppait tout de même le corps sacré du poète et du soldat. Je songe qu’il doit à cette fin plus obscure de reposer au cimetière où le menaient ses promenades du dimanche, lorsqu’il était un petit enfant. André n’a jamais séparé dans son amour la cité des morts de celle des vivants, comme il le dit en cette prière de La Maison sur la rive : « Mon feu s’éteint. Rien ne bruit plus sur la petite ville. »… »

« L’un d’eux : André Lafon », Revue hebdomadaire, 1er juillet 1916.

La date de publication de cet article, juillet 1916, est très importante. Mauriac publie peu durant la guerre qu’il passe en grande partie sur le terrain des opérations ; en Champagne, de juillet 1915 jusqu’à l’automne 1916, puis sur le front d’Orient à Salonique, de décembre 1916 à mars 1917. Il publiera, de mai à décembre 1917, quatre autres articles qui entreront dans la composition des Petits essais de psychologie religieuse et retrouvera une collaboration régulière pour la Revue des Jeunes à partir de janvier 1918. Mais le paysage de guerre sur lequel s’ouvre l’article est bien celui de Mauriac en 1916.

La lecture de l’article permet donc de restaurer plusieurs éléments significatifs qui disparaîtront lors de la reprise en volume et qui replacent cette publication dans le contexte de la guerre. Le titre lui-même, « L’un d’eux : André Lafon », associe le poète disparu à un collectif, celui des morts de la guerre, alors que le titre du volume La vie et la mort d’un poète insistera sur le singulier – même si la dimension collective présente dans les articles y trouvera sa place.

Le premier paragraphe de l’article, qui n’a pas été repris dans le volume, insère la rédaction de l’article au cœur des combats :

Le camp s’étend vide, comme si la mer s’en était retirée. […] Un régiment gris-bleu défile dans l’ombre… »

Ibid.

Et c’est dans ce paysage que Mauriac situe la méditation qui éclaire la suite de l(article :

Je demeure immobile, regardant s’avancer une autre troupe confuse — celle dont chacun de nous écoutera éternellement le murmure : les jeunes morts, nos frères immolés, défilent eux aussi, sanglants et couronnés, et je cherche avidement, parmi tous ces visages, ceux que j’ai connus… »

Ibid.

Deux « morts » apparaissent alors, Ernest Psichari et Paul Drouot (dont Mauriac avait présenté un recueil de poèmes dans la Revue du temps présent, le 2 septembre 1910), puis un troisième, André Lafon qui est, lui aussi, « un des morts du printemps », pour reprendre le titre d’un poème que Mauriac publie dans le Mercure de France en novembre 1915 (voir plus bas). Celui qui parle devient alors un « survivant », dépositaire de la voix des morts ; son devoir, sa « vocation », est de parler pour le disparu :

Il faut pourtant que chacun de nous, les survivants, s’attache à la gloire de celui qui fut le plus cher à son cœur dans cette foule désormais muette… »

« André Lafon, Poèmes provinciaux », Revue du temps présent, 2 novembre 1909.

Le terme de « survivant » nous oriente vers un autre article que Mauriac publie à la même époque. Dans la faible production journalistique de cette période de guerre, l’article du 25 octobre 1916, ne serait-ce que par son titre, doit donc être associé à celui qu’il consacre à André Lafon ; ce sont deux pièces qui s’emboîtent parfaitement mais qui avaient été jusqu’ici peu rapprochées comme doit l’être le poème mentionné plus haut

« La vocation des survivants », Revue des jeunes, 25 octobre 1916

Le titre du précédent article, « L’un d’eux : André Lafon » replaçait donc l’ami disparu au sein d’un collectif, les « jeunes morts », ceux de la Grande Guerre, la « troupe confuse […] des jeunes morts, [des] frères immolés ». Il faisait de l’écrivain un « survivant ». Il faut donc lire ensemble les deux textes de l’été 1916. L’article du 25 octobre 1916 est une méditation sur la guerre qui s’ouvre par une longue lecture de l’essai, qualifié de « petit livre », de Romain Rolland, Au-dessus de la mêlée. Cette lecture est en elle-même intéressante mais allons plus directement au cœur de l’article où l’on trouve un paragraphe que Mauriac liera à l’article précédemment présenté pour en faire, en 1924, l’incipit de Vie et mort d’un poète.

Chaque survivant sera un remplaçant4 – un héritier – non pas seulement l’héritier de tous ses frères immolés, mais de tel mort dont il était l’ami. Chaque tombe oriente une âme. Que nul de ces legs ne demeure en déshérence. Que chacun écoute la voix qui pour lui seul s’élève de la tombe à laquelle il appartient. Chaque soir5, je descends en moi-même dans ces régions où sourit encore un visage bien-aimé et j’y découvre les exigences du mort sur la destinée de l’ami vivant. Je sais ce qu’il attend de moi. C’est un témoin que je ne tromperai plus comme naguère. Il était si facile alors de faire illusion à l’ami dont nous souhaitions la tendresse ! Ne comptons plus sur cet aveuglement, aujourd’hui qu’il n’est plus là. Il s’est porté notre garant auprès du Père. Son amour et sa réprobation se confondront désormais avec l’éternel amour et l’éternelle réprobation… »

« La Vocation des survivants », Revue des jeunes, 25 octobre 1916.

A l’image de l’ami disparu s’associe celle de l’ami survivant, qui sera son « remplaçant », ce mot faisant de l’amitié une relation contractuelle et individuelle. Au sein de la vaste troupe des disparus, un lien profond unit à tout jamais l’ami qui survit à celui qui n’est plus. L’amitié trouve sa source dans la tombe, comme l’écrit Mauriac dans l’article consacré à Lafon : « appartiens à la tombe de l’étroit cimetière de Blaye où mon ami est venu s’envelopper de silence… » La relation d’amitié est désormais celle qui unit le mort au survivant.  

Il faut rapprocher ces deux textes, profondément solidaires, d’une troisième publication, antérieure, qui dessine déjà certains motifs de la configuration ici présentée – et en situe l’émergence dans le contexte de la Première guerre Mondiale.

« Les morts du printemps », Mercure de France, 1er nov. 1915

Le poème « Les morts du printemps », dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Municipale de Bordeaux, est publié en pleine guerre, alors que Mauriac a découvert sur le front de Champagne la réalité des combats, ce poème associe le souvenir de jeunes morts d’avant-guerre6 à ceux qui sont tombés au front, Jean de la Ville de Mirmont et André Lafon jamais nommés mais reconnaissables dans l’extrait suivant :

Je me rappelle encore le déclin des journées

Dans le port sans navire où ta douleur est née.

Du fleuve s’élevait un fleuve de brouillard

Où la Ville en rumeur s’ensevelissait toute.

Une sirène au loin pleurait pour un départ.

Ton cœur mystérieux demeurait aux écoutes,

Comme s’il entendait sur d’invisibles routes

Les pas d’un autre ami disparu dans la mort… »

« Le printemps des morts », Mercure de France, 1er novembre 1915.

Au moment où Mauriac publie ces textes, Lafon et La Ville de Mirmont appartiennent déjà à ce que Mauriac appelle, dans une lettre à sa femme du 12 juillet 1915, « L’immense armée de jeunes morts ». C’est à l’automne, alors qu’il se trouve pour quelques semaines encore sur le front de Champagne, qu’il songe à écrire une étude sur Lafon. Ce sera l’article de juillet 1916. Mais dans ce poème de 1915, quelques vers évoquent déjà ce qu’il appellera (ou appelle déjà ?) un an plus tard la « vocation des survivants » :

Il faut que désormais nous écoutions le vent

Comme un dernier soupir venu de nos poitrines

Avec l’humilité d’être des survivants.

O morts, ô pauvres morts, qui fûtes des enfants !… »

Ibid.

Avec ces trois textes de presse consultables aujourd’hui en ligne nous avons, au cœur de la guerre, ce qui va constituer la matrice du mythe des amis disparus :  

  • Des éléments convergents : de jeunes morts, poètes, tombés au front, partageant avec Mauriac l’enfance, un terroir d’inspiration, la poésie, les admirations littéraires
  • Une relation « amicale » qui repose sur le devoir, la dette du survivant envers l’ami disparu
  • Pour l’instant, une seule figure fondatrice, qui va rester le centre, le pivot du mythe, André Lafon. Jean de La Ville de Mirmont est seulement évoqué, en arrière-plan d’une figure centrale – et qui va le rester. Lafon représente à lui seul tous les autres car il est « l’un d’eux », mais il est, pour l’instant, le seul intercesseur, le seul élu.

Le mythe est donc profondément lié à l’expérience de la guerre et à la mort de Lafon, mais il a été annoncé et préparé avant la guerre par des « éléments d’écriture » dispersés quoique déterminants, avant-textes que l’on peut repérer dans Mauriac en ligne et regrouper autour de trois thèmes : 1) André Lafon vivant, 2) les « jeunes morts », 3) la « communion des saints ». Le monument au mort à André Lafon est donc bien érigé à la mort de celui-ci, mais cette célébration est à la convergence de trois lignes d’écriture antérieures…

Quelques jalons antérieurs

Bien des études sur la relation amicale entre François Mauriac et André Lafon s’ouvrent sur l’article de juillet 1916, sans mentionner cependant les mentions antérieures et notamment les comptes rendus par lesquels Mauriac a auparavant soutenu l’œuvre de son ami. Mauriac en ligne nous permet d’en consulter plusieurs et donc de renouveler l’analyse de cette amitié.

André Lafon vivant

Trois textes publiés entre 1909 et 1912 rentrent de façon catégorique dans la catégorie d’écriture « comptes rendus » qui permettra à François Mauriac de saluer l’œuvre de son ami :

  1. « Poèmes provinciaux », Revue du Temps présent, 2 novembre 1909.
  2. « La Maison pauvre », Revue du Temps présent, 2 avril 1911.
  3. « L’Elève Gilles », Cahiers de l’Amitié de France, 1 juin 1912. Manque dans la base.

Mais les simples mentions à André Lafon sont plus nombreuses. Le 2 avril 1910, par exemple, Mauriac rend compte dans La Revue du Temps présent d’un recueil intitulé « Ombres tremblantes » d’Olivier Bag. Il s’agit du pseudonyme d’Olivier Hourcade, mort au front le 21 septembre 1914. Mauriac l’intègrera au « cercle des amis disparus » lors de l’allocution au Grand Théâtre de Bordeaux le 11 mai 1950 (dont nous reparlerons dans les prochains billets). Le recueil est publié à Bordeaux en 1909 et préfacé par André Lafon. L’ensemble de ces textes contiennent des éléments d’information sur André Lafon que Mauriac intègrera dans les textes postérieurs mais ils contribuent aussi peu à l’écriture du « mythe » car ils concernent un Lafon vivant. Ils relèvent en partie d’une écriture autobiographique classique dans la mesure où Lafon est associé à une période de vie dont Mauriac fera à plusieurs reprises le récit – et dont se nourrit mais aussi se démarque l’élaboration mythique que je décris. C’est en effet l’époque du « petit groupe »7 des Cahiers de l’Amitié de France auquel, avec Eusèbe de Brémond d’Ars et son frère, Martial Piéchaud, André Lafon et François Mauriac participent, aux côtés de Robert Vallery-Radot. Mais il faut distinguer l’expérience vécue, l' »action amicale’, marquée par la solidarité de position dans le champ, mais aussi le partage des mêmes valeurs spirituelles et l’appartenance à une même génération, de ce qui va devenir sa représentation mythique. Ce que Mauriac appellera en 1970 le « groupe primitif », et auquel il rendra un hommage ému à la mort de son principal animateur, Vallery-Radot8, ne fera pas l’objet d’une telle « mythographie ».  

Les jeunes morts

En revanche, la figure du « jeune mort » est très présente dans cette première partie de la production médiatique de Mauriac. Elle hante littéralement son écriture. Le recours à la recherche lexicale par le moteur de recherche nous oriente vers plusieurs publications. Nous pouvons par exemple repérer deux figures emblématiques de cette présence fantomatique des jeunes morts, dans « Les Nuits de Paris II », publié dans La Revue de Paris le 10 mars 1913, Henri Perreyve et Charles Demange.

Il se rappelle9 qu’en des soirs de semblable isolement, il s’entoura de fantômes bien-aimés. Car toujours il aima la compagnie de ceux qui l’ont précédé au rivage de l’éternité. Ah ! qu’aujourd’hui encore, il se réfugie en eux ! Sa pensée ne va pas seulement aux amis défunts qu’il connut dans le temps de leur vie terrestre. Deux morts charmants surtout l’accompagnent : l’un s’appelle Henri Perreyve, jeune prêtre qui mourut à 34 ans, le 26 juin 1865, cœur à la fois virginal et viril – de toute pureté, mais consumé d’amour. Des lettres qu’il écrivait à des jeunes hommes du second Empire aident encore un jeune homme d’aujourd’hui à vivre selon l’Esprit… »

« Les Nuits de Paris II », Revue de la jeunesse, 10 mars 1913.

Et plus bas dans le même article :

J’ai dit que ce jeune homme possède un autre ami parmi ces morts qu’il n’a pas connus. Avec Henri Perreyve nous admirons ce que le Christ peut faire d’une âme jeune et frémissante. Voici une autre âme, aussi belle, mais qui n’ayant pas entendu l’appel du Sauveur, ne trouve d’autre refuge que la tombe. Charles Demange, ô pauvre mort, que de fois le jeune homme revit avec les yeux de l’âme cette petite ville d’Urbin qu’il a traversée après vous, et où, un soir, cédant déjà à la tentation du grand sommeil, vous laissiez échapper vers votre mère lointaine ce cri dans le vide… »

Ibid.

Henri Perreyve est mort en 1865 à 34 ans ; il appartenait à un autre « cercle d’amis disparus », celui des Lacordaire, Montalembert, Grétry. Mauriac lui a consacré de belles pages, notamment une « Méditation sur Henri Perreyve », dans Les Cahiers de l’Amitié de France de mars 1912, article repris sous le titre « Divagations sur Saint-Sulpice », dans Le Crapouillot du 1 décembre 1927. Les mêmes propos seront plusieurs fois repris : « ‘aimer ses amis en Dieu’, parole mystérieuse que le cœur ne comprend pas toujours et qu’Henry Perreyve m’a rendue sensible. »  

Charles Demange, neveu de Maurice Barrès s’est suicidé en 1909 à 25 ans, l’année-même où Mauriac perdit Raymond Laurens, son cousin. A propos de Charles Demange, le 15 janvier 1914, il écrit : « Penchons-nous avec respect et une infinie tendresse sur cette pure mémoire afin que ce jeune mort nous apprenne à vivre. » Mort sur laquelle il reviendra dans « Mes premières années à Paris », le 16 mars 1940, évoquant plus précisément le suicide de Demange…

Bien avant la Guerre qui en verra périr des bataillons entiers, les jeunes morts accompagnent donc le jeune Mauriac : « Il semble que la mort d’un jeune homme atteigne tous les jeunes hommes », note-t-il à propos de « La danse devant l’Arche d’Henri Frank », texte publié le 1 janvier 1913 dans Les Cahiers de l’Amitié de France. Ils resteront présents et seront rejoints par d’autres : un peu plus tard, Philippe Borrel occupera aussi cette position de jeune homme sacrifié, ce sera « l’ombre qui apparaît » dans les Mémoires Intérieurs10. Raymond Laurens, « ce cousin mort à vingt ans », en 1909, reviendra le hanter en novembre 196911.   

La communion des saints

Pour comprendre la nature du lien qui relie ces « jeunes morts » à ceux qui leur survivent, il est indispensable de convoquer un élément central de la foi de Mauriac, le dogme de la « communion des saints » qui revient sous sa plume et notamment dans ses écrits de presse à plusieurs reprises ; c’est sur ce dogme que se fonde la solidarité mystique entre morts et vivants comme on peut le lire dans « l’Enquête sur la jeunesse » publiée par la Revue hebdomadaire le 6 avril 1912 :

Mais si ceux qui nous ont précédés avec le signe de la foi et qui dorment dans le sommeil de la paix s’imposent à nous, non pas seulement à cause de l’héritage de terre et de pensée qu’ils nous ont transmis, mais parce qu’ils vivent, et que, souffrants ou triomphants, ils sont encore mêlés à notre existence terrestre, si un perpétuel échange de secours, de prières, d’amour unit l’église visible à l’église invisible, alors le sens nous apparaît du sacrifice exigé de nous ; dans la lumière de la foi, nous contemplons cette vérité que d’autres avaient pressentie et qui nous délivre : le dogme de la communion des saints… »

« Enquête sur la jeunesse », Revue hebdomadaire, 6 avril 1912.

Dans ce texte, et à plusieurs reprises dans d’autres, Mauriac précise en quoi sa conception de la fidélité à « nos morts » diffère de celle de son maître Barrès ; il oppose la communion des saints au culte barrésien des morts : « Je suis catholique, songe-t-il, et me dois défendre d’un excès d’admiration pour ce maître très aimé. Son enseignement touchant la terre et les morts en aident à vivre un grand nombre parmi nous. Mais de quel secours peut-il être à moi qui possède cette ineffable réalité : la communion des saints ? » se demande le narrateur du texte « Les nuits de Paris, III », dans La Revue de la jeunesse, le 25 mai 1913.

Prenons une dernière référence :

Pour cette lectrice en particulier, je détache ces quelques lignes du livre admirable de l’Abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes, La Vie Spirituelle et l’Oraison : « Dans son ardent désir d’attirer à lui les âmes pleinement et jusqu’à l’union, le Seigneur emploie encore un autre stratagème : il suggère toujours à celles qui sont parvenues à l’union divine de solliciter pour d’autres la même faveur. Plus les âmes sont près de Dieu, plus elles sont pour d’autres une force d’attraction, plus aussi elles marquent d’empressement à faire violence au ciel. C’est par là que se laisse deviner déjà un monde invisible qui se montrera plus tard à nos regards ravis, et au sein duquel nous contemplerons le fait mystérieux d’une filiation surnaturelle, non pas seulement au sens où elle est généralement entendue, mais au sens plus profond où l’on peut dire que les saints naissent des saints selon une ineffable génération ex Deo… »

« Bonheur du chrétien », NRF, 1er avril 1919.

Le disparu ressuscité dans la gloire de Dieu est désormais celui qui parle et prie pour les vivants, qui intercède en leur faveur. Cette configuration est au cœur de l’œuvre de Georges Bernanos ; on en trouve une belle illustration dans le Dialogue des Carmélites lorsque, dans le final, Constance déclare : « On ne meurt pas chacun pour soi, mais les uns pour les autres ou même les uns à la place des autres, qui sait? » Chez Mauriac, les jeunes morts, ceux qui sont morts très tôt « à la place des autres », jouent le rôle d’intercesseurs pour leurs camarades survivants qui deviennent des remplaçants, au sens où ils occupent leur place alors que les disparus ont désormais la leur auprès de Dieu. Elément central de la spiritualité mauriacienne et de l’univers romanesque12, le dogme de la communion des saints irrigue aussi l’œuvre de presse. Cette enquête sur les traces du « cercle des amis disparus » au sein de Mauriac en ligne l’illustre clairement.

En 1916, c’est donc à la convergence de ses trois veines d’écriture, le sentiment d’amitié pour André Lafon, la hantise des jeunes morts et la foi dans la communion des saints c’est-à-dire dans la solidarité entre morts et vivants, que Mauriac installe la figure mythique d’André Lafon mort, désormais « l’un d’eux », un de ces jeunes morts, exceptionnelles victimes de la vie avant la guerre, mais troupe nombreuse des sacrifiés durant celle-ci. Le devoir, la vocation des survivants – ou plus exactement du survivant – est d’être fidèle à l’ami mort. Les éléments principaux du mythe sont là, avec un ancrage historique, celui de la guerre et un ancrage spirituel, celui de la communion des saints. Les premiers éléments de mise en texte sont réunis mais au singulier. Reste à élargir le mythe et à le décliner au pluriel. Reste également à passer d’une mise en texte solidement ébauchée à une mise en œuvre plus durable, par le recours au livre, ce qui est, pour l’instant, loin d’être le cas.

A suivre…

Pour citer cet article : Philippe Baudorre, "Les écrits de presse, une écriture en devenir – Tombeau pour un ami disparu (2/4)", Mauriac en ligne, 05/01/2021, https://mauriacenligne.hypotheses.org/1270.
  1. Lettre de François Mauriac à Michel Suffran, 1968, cité in Sur une génération perdue, 2005, couverture. []
  2. ibid. p. 146. []
  3. Mais daté dans la notice p. 835 et 836, de juin 1916 alors que, comme on peut le constater ici, le numéro 27 de La Revue hebdomadaire, est daté du 1 juillet 1916 []
  4. L’incipit du volume propose « Un survivant est un remplaçant », la suite du paragraphe est sans modification []
  5. En volume : « Le soir… » []
  6. Tel Raymond Laurens, « O mort d’avant la guerre, enfant dont l’agonie // S’enfonce sous la cendre obscure des années », nous y reviendrons. []
  7. Vie et Mort d’un Poète, p. 29 []
  8. Bloc-Note 5, p. 309 []
  9. Le texte est centré sur un personnage fictif. []
  10. Voir p. 386 []
  11. Bloc-Note 5, p. 267. []
  12. Comme a pu le montrer Nozomi Takenaka dans Le sacrifice et la communion des saints dans les romans de François Mauriac, Lettres modernes, 1996. []

Philippe Baudorre

Philippe Baudorre est professeur de littérature française à l'université Bordeaux Montaigne. Il travaille plus particulièrement sur les relations entre presse et littérature au XXème siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search