Les écrits de presse, une écriture en devenir – Naissance d’un mythe littéraire (1/4)

Pour faire suite au précédent billet, et alors que l’équipe participe ce jour à une journée contributive sur l’éditorialisation du patrimoine littéraire en Nouvelle-Aquitaine organisée avec UBIC de l’Université Bordeaux Montaigne, l’ALCA et la Drac Nouvelle-Aquitaine, le carnet de recherche Mauriac en ligne reprend du service… Pour relancer cette activité éditoriale, nous publions ici le texte de la communication faite lors du Colloque Mauriac de 2018 dont la thématique principale était l’amitié dans l’œuvre et la vie de François Mauriac. Ce texte est le premier d’une série de quatre billets dont la mise en ligne va s’étaler jusqu’au début de l’année 2021. L’ensemble formera à terme la reprise complète de cette réflexion permise grâce à la base de données des articles de presse que nous avons numérisés et mis en ligne ces dernières années.

C’est quand on a vingt ans que l’on a des amis. Ceux que j’aimais sont morts.

Entretien radiophonique avec François Mauriac le 23 août 19651.

La foi nous fait vivre dans la familiarité des morts, non parce que nous adhérons à une doctrine qui leur confère la survie, mais parce que le monde chrétien est fondé sur la réversibilité et que la communion des morts avec les vivants entretient d’incessants échanges, un dialogue sans fin, – oui, qui ne finit jamais puisqu’il continuera éternellement.

François Mauriac, Nouveaux Mémoires Intérieurs, Pléiade, p. 681-682.

L’écriture de presse fut la grande affaire de la vie d’écrivain de François Mauriac, celle qui occupa son quotidien, celle à laquelle il s’est consacré de la façon la plus régulière et continue (3000 textes sur toute une vie d’écrivain, cela représente tout de même une moyenne d’un texte par semaine pendant 60 ans…).

Deux contraintes caractérisent cette production médiatique :

  • une contrainte d’espace (de quelques lignes pour les billets à quelques pages pour les articles plus développés, notamment en revue) qui limite strictement le volume à écrire et à lire ;
  • une contrainte de temps, relative elle aussi, liée à la périodicité du support, mais ne dépassant pas dans le meilleur des cas quelques semaines et qui impose à l’écrivain une date limite de remise et au lecteur un temps de lecture après lequel le texte ne sera plus accessible dans les circuits de distribution. Pour un quotidien, ce temps est très court.

Mauriac s’est toute sa vie soumis à ces contraintes ; il s’en est en partie affranchi par la reprise plus ou moins tardive de ces textes en volume. Il a pu ainsi, grâce aux livres qu’il a composés à partir de ses articles, disposer et redistribuer une partie de sa production dans un espace de consultation plus ample, lui permettant non pas d’allonger les textes de presse mais de les associer, de les lier entre eux, de façon aussi plus durable puisque la distribution et la conservation du livre échappent aux contraintes de temps du périodique. C’est une pratique à laquelle il a eu recours très tôt (Petits essais de psychologie religieuse, Dramaturges). Et cela donnera des productions éditoriales de grande ampleur, parmi lesquelles on peut distinguer quelques « massifs » : le Journal, les Bloc-notes, les Mémoires intérieurs et Nouveaux mémoires intérieurs.

En tant que pratique, cette écriture médiatique peut être envisagée comme une suite discontinue de productions autonomes (articles, billets, chroniques) mais également comme une production de flux continu. Comme l’a montré Marie-Eve Thérenty (Thérenty, 2007)2, l’entrée dans l’âge médiatique bouleverse ainsi le cadre de la « communication littéraire » notamment parce qu’elle fait de l’écrivain un producteur périodique. Certains verront dans cette soumission une démission rédhibitoire. Barbey d’Aurevilly porte sur l’activité du journaliste, à travers une de ses grandes figures, Armand Carrel, une condamnation sans appel : « Carrel était journaliste, et ce mot-là se décompose d’une manière terrible. Il veut dire écrivain d’un jour » (Source Gallica)3.

Dispersion, morcellement, gaspillage dans des productions sans envergure et sans lendemains, du XIXème siècle à aujourd’hui, les condamnations de la production journalistique n’ont pas manqué. Ce serait oublier que cette production éphémère s’inscrit, pour certains écrivains, dans une continuité de très long terme. Dès qu’un texte est achevé, le processus d’écriture qui a conduit à sa production est arrivé à son terme. Mais, pour un écrivain de presse régulier, la dynamique de l’écriture n’est pas interrompue ; elle est suspendue et sera nécessairement réactivée, dans un temps proche ou plus éloigné. Au-delà de la livraison régulière de productions ponctuelles, se dessinent et se prolongent des lignes de force, plus ou moins apparentes, en fonction des spécificités de la production médiatique. Des séries clairement identifiables s’imposent, à l’écrivain et au lecteur, lorsque la collaboration s’inscrit dans une rubrique, c’est-à-dire une forme, un espace, une posture (Bloc-notes, chroniques régulières). Mais d’autres continuités de pensée ou d’écriture débordent ce formatage. Elles s’inscrivent dans une continuité perceptible, quand par exemple des questions d’actualité s’imposent (Guerre d’Espagne, événements du Maroc). Ou de façon beaucoup plus lâche. Certaines logiques créatrices, autour d’images, de thèmes, de situations, peuvent être suspendues, mises en sommeil et réactivées, quelques mois ou quelques années plus tard. Ces continuités, par-delà la discontinuité de la production médiatique, échappent à la lecture au jour le jour telle que peut la pratiquer le lecteur des journaux ou même des revues. Elles apparaissent beaucoup plus clairement dans les reprises en livres, mais ceux-ci sont le fruit d’une sélection et d’une redistribution au sein du volume qui faussent la perspective (Baudorre et Bideran, 2020)4.

Le rassemblement de l’ensemble des textes de presse, tels qu’ils ont été édités la première fois et non selon leurs diverses réécritures, dans une base unique comme Mauriac en ligne ouvre de nouvelles perspectives. Chaque article est autonome, a sa structure et sa cohérence propres. Il est destiné à être lu ce jour, en relation avec l’actualité, mais publier dans un même espace de consultation l’ensemble des textes de presse, inscrire leur lecture dans la continuité de la production médiatique, permettre des requêtes lexicales ou thématiques, révèle beaucoup plus clairement l’évolution de la pensée de l’auteur ainsi que celle de l’écriture qui la transmet. A travers les articles politiques replacés dans leur chronologie, on peut par exemple suivre l’évolution d’une analyse ou plus généralement d’une « pensée au travail » en relation avec l’évolution des événements concernés. C’est ce que nous pouvons observer en parcourant les articles consacrés à la Guerre d’Espagne présentés dans un précédent billet de ce carnet rédigé par Claude Lesbats. Sur des sujets plus amples (par exemple les réflexions de Mauriac sur le totalitarisme), suivre ses écrits de presse c’est également suivre sur un temps plus long une pensée en construction, observer les événements majeurs qui marquent son évolution, mais également les rencontres ou les lectures qui vont s’inscrire dans l’écriture elle-même, dans les expressions, les réseaux d’images qui s’élaborent pourrait-on dire sous nos yeux. Il en va de même pour le suivi du travail d’écriture qui va construire, élaborer, de façon plus ou moins suivie et souterraine, un réseau d’images convergent que nous pourrons qualifier de « mythe personnel ».

Naissance d’un mythe littéraire : le « cercle des amis disparus »

L’objectif de ce billet est en effet de faire porter l’observation sur une matière moins politique ou sociale, relevant plus clairement de l’élaboration littéraire ou poétique et permettant de voir progressivement se dessiner une figure ou une « configuration » proche (mais distincte) de ce que Charles Mauron a pu qualifier d' »image obsédante », au sens où elle fait retour, où elle s’invite, où elle s’incruste au cœur de la production et semble porteuse d’une quête personnelle profonde. Il ne s’agira pas de la chercher dans la vérité factuelle de la biographie, ni dans les replis de la psyché. La démarche, délibérément « superficielle » consistera à repérer, tout au long de la production de presse, les traces d’une écriture en constante évolution.

Je pose donc comme hypothèse qu’il y a dans l’œuvre de Mauriac un mythe des « amis disparus » ou de ce que j’appelle le « cercle des amis disparus », que ce mythe traverse toute sa production littéraire mais qu’il se met en place très tôt (on va tenter d’en situer l’émergence) puis peu à peu, se nourrit, se déploie, s’enrichit, se stabilise (ou tente de se stabiliser) dans des « paliers », autour de publications marquantes, avant, à nouveau, d’évoluer, de se déployer, de s’enrichir, au gré des publications de presse. Cette écriture « en marche » est marquée par une « mémoire » des textes antérieurs qui nourrissent l’écriture présente et que celle-ci en permanence réactualise. Nous en suivrons la « mise en texte », à travers la progressive constitution d’un réseau d’images, de figures, de thèmes qui convergent. Mais également la « mise en livre » et la « mise en œuvre », c’est-à-dire le travail de composition d’ouvrages qui, après avoir pris naissance au cœur de la production de presse, vont peu à peu s’insérer dans l’économie de l’ensemble de la production mauriacienne.

Avant de suivre sa naissance, dessinons les contours de cette « configuration mythique ». Tout au long de son œuvre, Mauriac invoque le groupe, la troupe, le cercle, la cohorte (nous reviendrons sur le lexique mobilisé) d’amis morts en pleine jeunesse. Il le fait sous forme d’énumérations, de listes, qui prennent peu à peu la forme d’inscription de noms de disparus sur un monument aux morts intérieur – ou de litanie des saints.

On peut, en préambule, citer quelques exemples, parmi bien d’autres, de cette ébauche de « configuration » en « cortège » ou « cohorte »:

A la mémoire de mes amis bordelais, Edouard Adet, André Lafon, Jean de la Ville de Mirmont, Jacques Rivière.

Epigraphe de « Une enfance provinciale : Bordeaux » – Lire en ligne ici – 1925.

… je survis presque seul de ce petit groupe girondin dont les noms vous sont connus et vous demeurent chers, j’en suis sûr : André Lafon, Jean de La Ville de Mirmont, Jacques Rivière, Jean Balde, Edouard Adet…

Discours de réception à l’Académie de Bordeaux, 20 mai 1952, Paroles perdues et retrouvées, p. 333.

Je m’attriste d’être récompensé par vous, aujourd’hui, de la chose du monde qui mérite le moins de louanges et qui est d’avoir survécu à tant de garçons girondins de mon âge, dont quelques-uns, je pense en particulier à André Lafon, à Jean de La Ville de Mirmont, à Jacques Rivière, me paraissent marqués d’un signe…

Allocation prononcée par François Mauriac pour ses quatre-vingts ans, le 18 octobre 1965, op. cit., p. 342.

Ou encore :

« Sur une génération perdue« , c’est le titre que Michel Suffran donne à un livre qui m’est cher parce qu’il tire de l’ombre ces garçons bordelais qui auraient mon âge aujourd’hui, mais ils auront vingt ans à jamais. Sur la couverture, Jean de la Ville de Mirmont, enfant, a son petit bras passé au cou de sa mère. Sous ce signe nous nous retrouvons tous, moi seul vivant : André Lafon, Jacques Rivière, Jean Balde, les Piéchaud, Carlos Larronde et tous les autres…

Bloc-notes du Figaro Littéraire, 20 octobre 1966 (BN 4, p. 332).

Qu’est ce qui réunit tous ces noms ? Les mêmes composants, les mêmes « mythèmes », lient les figures qui composent ce motif : de jeunes morts, tous écrivains et de préférence poètes, tous issus d’un même « terroir girondin », tous amis ou contemporains de Mauriac qui, parce qu’il leur survit, aura le devoir de leur rendre un perpétuel hommage. La liste peut être soumise à variations mais au centre du cercle deux figures s’imposent comme un socle constitutif, André Lafon et Jean de La Ville de Mirmont.

A travers la production de presse de François Mauriac, nous allons donc suivre l’émergence, la stabilisation, le déploiement de cette « configuration mythique ». Ce parcours se fera en trois étapes :

  • 1916 : Naissance du mythe
  • 1924 -1928 : Consolidation du mythe
  • Les années 50 / 60 : Déploiement du mythe

Une dernière halte, en guise de conclusion, sera consacrée à la rencontre entre ce mythe mauriacien et l’entreprise poétique et mémoriale de Michel Suffran, Sur une génération perdue, études, textes et documents sur les écrivains bordelais et girondins au début du XXe siècle, Bordeaux, Samie, 1966 – réédité par Le Festin en 2005.

… A suivre

Pour citer cet article : Philippe Baudorre, "Les écrits de presse, une écriture en devenir – Naissance d’un mythe littéraire (1/4)", Mauriac en ligne, 24/11/2020, https://mauriacenligne.hypotheses.org/1237.
  1. Christopher Todd, « Le succès des entretiens littéraires radiophoniques. Quelques réactions dans la presse écrite », dans Écrivains au micro : Les entretiens feuilletons à la radio française dans les années cinquante [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010 (généré le 11 novembre 2020). []
  2. Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. Poétique, 2007. Voir une note de lecture de cet ouvrage ici. []
  3. Voir l’édition électronique de cette polémique effectuée par l’équipe de l’Obvil ici. []
  4. A ce sujet, on pourra consulter cet article co-écrit avec Jessica de Bideran sur les différents dispositifs éditoriaux exploités par Mauriac et leur refonte dans l’espace numérique : Philippe Baudorre et Jessica de Bideran, « Mauriac en une, Mauriac en livre, Mauriac en ligne. Réflexion sur les dispositifs éditoriaux »Humanités numériques [En ligne], 1, 2020. []

Philippe Baudorre

Philippe Baudorre est professeur de littérature française à l'université Bordeaux Montaigne. Il travaille plus particulièrement sur les relations entre presse et littérature au XXème siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search