Mauriac en ligne et l’enchâssement des médiations du patrimoine littéraire

Voilà presque un an que ce carnet reste silencieux. Pourtant 2020 devait être l’année Mauriac ! C’est qu’au-delà de la période compliquée que nous traversons, cette année a été consacrée au développement de diverses collaborations autour de Mauriac en ligne, notamment dans le cadre d’un réseau de professionnels et de chercheurs1, qui se structure progressivement en Nouvelle-Aquitaine autour du patrimoine littéraire et de sa numérisation… Mais alors que nous entamons notre deuxième période de confinement, musées et établissements culturels se trouvent pour la seconde fois confrontés à leur fermeture. Et si l’on voit fleurir les discours sur le véritable tournant numérique que doivent désormais et par la force des choses prendre ces institutions2, force est de constater que celles-ci n’ont pas attendu une pandémie mondiale pour intégrer « le numérique »3 à leurs pratiques quotidiennes4. Il en est notamment ainsi au sein du Centre François Mauriac de Malagar (CFMM) qui collabore depuis plusieurs années avec l’équipe réunie autour de Mauriac en ligne tout en numérisant ses fonds documentaires et en développant un projet structurant intitulé « Malagar numérique ». Cette politique se concrétise depuis le 23 juillet dans une visite virtuelle grandeur nature « Comme si vous y étiez… » sur laquelle nous menons actuellement une étude de terrain dans le cadre d’un projet pédagogique avec des étudiantes du « Master Communication et Générations : Etude des publics » de l’Université Bordeaux Montaigne. Mais bien avant cette entrée fracassante, le numérique était déjà bien présent dans le quotidien des équipes de Malagar. Cette présence, certes plus discrète et moins outillée, n’en est pas moins bien réelle et signe l’éditorialisation globale de nos pratiques culturelles où le document numérique et le fac-similé patrimonial s’insèrent et remodèlent lentement mais sûrement certaines activités propres à la médiation culturelle…

Le Centre François Mauriac de Malagar (CFMM), comme toutes maisons d’écrivains, a pour mission principale la conservation et la diffusion de l’œuvre littéraire de François Mauriac, en partageant auprès du plus grand nombre cette demeure, son histoire et son influence sur le travail de l’auteur. Objets, meubles et murs sont ainsi restés inchangés depuis la donation du site par les quatre enfants de l’écrivain au Conseil régional d’Aquitaine en 1985. Cette « authenticité médiatisée » est d’ailleurs revendiquée par les responsables du site, telle Astrid Llado, en charge de la politique d’éducation artistique et culturelle du CFMM5 qui utilise ainsi depuis plusieurs années lors des visites qu’elle assure auprès de différents publics non seulement des ouvrages mais aussi des photographies et documents numérisés qu’elle présente et commente via l’écran d’une tablette.

C’est que visiter Malagar, comme pour toute maison d’écrivain, c’est avant tout se retrouver face à des pratiques de médiation (visite guidée, dispositifs d’aide à la visite de type dépliants, panneaux, etc.) qui n’orientent pas le regard vers des artefacts purement artistiques, historiques ou archéologiques (tableaux, sculptures, installations, etc.) mais bien vers une maison et son décor quotidien – parfois désuet – dont l’ensemble finit par faire « document » aux yeux des scientifiques comme des publics (Sylvain Ménant, 2009)6. Cette dernière remarque peut par ailleurs être rapprochée de la dénomination proposée en 2012 par Corinne Welger-Barboza pour présenter le site web André Breton, véritable monument-document permettant tout à la fois la « perpétuation du 42, rue Fontaine […] [et] la reconstitution du corpus des documents dispersés » (Welger-Barboza, 2012)7 du poète dont l’appartement et la collection personnelle d’objets et d’archives furent vendus et/ou donnés à différentes institutions. Or, comme le souligne ces deux chercheurs, c’est bien l’ensemble, la maison, les objets dont les écrivains et écrivaines se sont entourés et parfois même les paysages environnants (la terrasse de Malagar), qui permettent in fine d’accéder au littéraire, objet allographique par excellence…

Pour rendre compte de cet ensemble complexe le CFMM développe toute une série d’actions d’éducation artistique et culturelle (EAC), à l’image du programme académique « Itinéraires d’auteurs » qui propose de partir à la découverte des écrivains du territoire de la Nouvelle-Aquitaine à travers des lieux (les maisons) afin de percevoir les résonances entre les lieux et l’écriture, d’approfondir un univers littéraire tout en décortiquant l’engagement d’un écrivain dans son époque. S’adressant aux scolaires, ce programme invite non seulement les élèves et leurs enseignants à se rendre sur les traces de l’auteur mais les encourage également à pratiquer, à créer, et à présenter une production qu’il s’agit ensuite de diffuser et de partager sur le web.

Le programme Mauriac en ligne, partenaire depuis 2016 de ce dispositif, devient dans cet espace un lieu de ressources numériques dont différents publics s’emparent (médiatrices du CFMM pour construire leur discours, enseignants et enseignantes et élèves pour accompagner leurs séances de travail) pour enrichir et compléter la découverte de François Mauriac8. Ici les médiations s’empilent et se complètent : à la médiation muséale « classique », qui fait de la maison et de son décor un vecteur de transmission vers l’œuvre littéraire, s’ajoute une médiation documentaire, qui permet d’accéder à une collection numérique9 de textes dispersés physiquement au sein de différentes structures de conservation, et une médiation sociale qui amène notamment les publics à discuter et à échanger sur l’engagement politique de l’auteur. Pour reprendre les termes d’Inès de la Ville et de Cristina Badulescu, on assiste ainsi à la mise en place d’une « médiation conjointe qui enchâsse la médiation numérique, muséale et sociale » (De la Ville et Badulescu, 2019)10.

Les conditions de lisibilité de l’écrivain et de son œuvre s’en trouvent démultipliées, dépassant largement la forme traditionnelle du « texte livresque »11 pour être désormais accessibles via de multiples objets (sites web, tablettes in situ, visite virtuelle, etc.) qui font progressivement évoluer un projet d’édition numérique scientifique en des propos de médiation12. Or faire œuvre de médiation, ce n’est pas seulement donner accès à des données ou partager des informations, car le dispositif utilisé n’est jamais un « passeur neutre » (Fraysse, 2015)13. Tout dispositif médiateur transforme ainsi les objets et acteurs en présence : l’enchâssement des médiations observable ici transforme donc non seulement l’œuvre littéraire, en donnant à voir une collection auparavant invisible qui éclaire autrement la production littéraire de François Mauriac, mais aussi les pratiques professionnelles des médiatrices qui exploitent celle-ci dans de nouvelles conditions de lecture et, in fine, les publics scolaires, enseignants et élèves partageant et produisant des nouveaux contenus culturels. On constate ainsi que l’augmentation documentaire du temps de visite permis par la numérisation des fonds patrimoniaux renouvelle le discours porté par le CFMM. Alors que l’accent était auparavant beaucoup plus volontiers mis sur le caractère représentatif de la maison, témoin d’une époque et d’un milieu social particulier, il est de fait aujourd’hui possible de convoquer des documents relatant le rapport intime de l’écrivain avec ce lieu, à l’image de ce texte publié le 06 mai 193814 :

Je voyais parfois cette femme à la figure usée, assise devant la porte de son gendre et de sa fille qui travaillent et habitent chez moi. On m’avait dit qu’elle était de passage et je ne lui donnais aucune attention. Mardi dernier, elle épamprait encore dans la vigne; elle s’est couchée le soir; et la voici, aujourd’hui, endormie dans le Seigneur.

« La morte » – MEL_0836 – Date : 06/05/1938 – Éditeur : Temps présent – Source : 2e année, n°27, p.1

Lire le texte en entier

L’appropriation du numérique par les institutions culturelles ne se fait donc pas nécessairement par d’imposants et « innovants » outils mais est surtout et avant tout perceptible via les multiples usages qui se créent autour des collections et fac-similés numériques mis à disposition, usages partagés et médiatisés par différents publics tels que les professionnels de la médiation et qui, finalement, nous échappent. Et si en 2009 Sylvain Ménant pouvait écrire que l’âme des maisons d’écrivains demeure « dans des textes inaccessibles pendant le temps de la visite, sinon à l’état d’échantillons, de souvenirs, de projets de lecture » (Ménant, 2009)15, alors la révolution numérique, s’il en est, consiste bien en cette mise à disposition documentaire sans précédent…

Pour citer cet article : Jessica de Bideran, "Mauriac en ligne et l’enchâssement des médiations du patrimoine littéraire", Mauriac en ligne, 04/11/2020, https://mauriacenligne.hypotheses.org/1179.

  1. Ce projet de développement et de structuration se fait en partenariat avec le programme scientifique e-c@na, la Drac Nouvelle-Aquitaine et l’ALCA. []
  2. Voir par exemple ce très intéressant texte de Correspondances digitales qui permet de relativiser la nouveauté de ce tournant tout en insistant sur sur la re-définition de celui-ci compte tenu de la situation actuelle. []
  3. Encore faudrait-il s’entendre sur le périmètre que recouvre cette expression, tant l’informatisation a envahi nos pratiques professionnelles depuis plusieurs dizaines d’années. []
  4. Plusieurs dossiers de revues en Sciences de l’information et de la communication ont, ces dernières années, rendu compte de cette progressive introduction. Pour n’en retenir que quelques-uns, citons en 2015, « Pratiques d’espace. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? (1) » et en 2016, « Regards sur l’innovation. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? (2) », sous la direction de Cécile Tardy et Lise Renaud ; en 2019, « La médiation muséale au prisme du numérique », sous la direction de Cristina Badulescu et Valérie-Inés de La Ville ; en 2020, « Musées et mondes numériques », sous la direction de Florence Andreacola. []
  5. Ce billet et les verbatims qui illustrent celui-ci ont été rédigés à partir du travail de recherche mené entre 2018 et 2019 par Elsa Pujos, professeur documentaliste ayant menée une enquête de terrain dans le cadre de son mémoire rédigé lors de son Master PIF – Médiation et médiatisation des savoirs de l’INSPE de Bordeaux. Nous la remercions ici pour sa confiance et le partage de ces éléments. []
  6. Sylvain Menant, « Maisons d’écrivain et histoire littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, 4 (Vol. 109), 2009, p. 771-781. DOI : 10.3917/rhlf.094.0771. []
  7. Corinne Welger-Barboza, « Le site André Breton – Un monument-document », L’observatoire critique [En ligne], 2012. []
  8. Voir par exemple le compte rendu des projets suivis en 2017-2018 sur ce même carnet : Jessica de Bideran, « Mauriac en classe, bilan des projets pédagogiques 2017-2018 », Mauriac en ligne [En ligne], 2018. []
  9. A ce sujet, on pourra consulter cet article : Jessica de Bideran, « Chapitre 6. Numérisation et extension du patrimoine littéraire. Réflexions à propos de « Mauriac en ligne » », dans La fabrique du patrimoine écrit : Objets, acteurs, usages sociaux [En ligne], Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2020. []
  10. Valérie-Inés de La Ville et Cristina Badulescu, « La médiation muséale au prisme du numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], n°16, 2019. []
  11. Selon l’expression d’Ivan Illich citée par Souchier Emmanuël, « La « lettrure » à l’écran. Lire & écrire au regard des médias informatisés »Communication & langages [En ligne], n°174, 2012, p. 85-108. []
  12. Julia Bonaccorsi souligne ce même mouvement autour des « Manuscrits de Stendhal » : Julia Bonaccorsi, « Quelle réflexivité médiatique pour les Humanités Numériques ? La numérisation des manuscrits littéraires », Les Enjeux de l’information et de la communication [En ligne], vol. 16-2, p. 83-97, 2015. []
  13. Patrick Fraysse, « La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 12, 2015. []
  14. Une recherche du terme « Malagar » au sein de la base de données actuellement en ligne fait ainsi remonter 19 textes ou ce terme apparaît. []
  15. Sylvain Ménant, op., cit. []

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search