Ecrire une fanfiction à partir de Mauriac en ligne

Il y a plus d’un an, les 4 et 5 février 2019 pour être précise, j’ai été sollicitée par Médiaquitaine, Service commun de l’Université de Bordeaux et centre régional de formation aux carrières des bibliothèques, afin d’animer un stage de 2 jours sur le thème de la fanfiction et ses usages possibles en bibliothèque. L’objectif de cette formation était d’accompagner des bibliothécaires responsables de fonds patrimoniaux et des enseignants du secondaire dans la conception de projets d’Education Artistique et Culturelle (EAC) se servant du patrimoine numérisé comme une ressource susceptible de nourrir des actions de médiation culturelle à destination des publics scolaires. Tout en reprenant les injonctions à la participation qui irriguent désormais les institutions culturelles, cette exploitation de corpus numérisés s’inscrit dans un contexte plus large de convergence technique et culturelle qui facilite la mise en place d’un enseignement participatif dans des situations d’apprentissage connecté (Jenkins, Ito et boyd, 2017).

Et parce que l’éducation artistique et culturelle conjugue l’acquisition de connaissances et de compétences généralistes, la pratique et l’expérimentation concrètes de création (artistique ou autre) et la rencontre avec des acteurs culturels (ici des bibliothécaires en charge de fonds patrimoniaux et des responsables de maisons d’écrivains), la fanfiction s’avère une perspective intéressante pour sortir les élèves d’une vision passéiste de la littérature et de son enseignement tout en suscitant des usages et des réappropriations autours de ces nombreuses collections patrimoniales aujourd’hui accessibles en ligne. Comme le souligne Brigitte Louichon « une œuvre patrimoniale est production passée et réception présente » et ces productions scolaires proposent finalement ce qu’elle nomme des des « objets sémiotiques secondaires (OSS) ».

Inspirés par les textes de presse écrits par François Mauriac sur la guerre d’Espagne, les stagiaires ont ainsi produit, à l’aide d’une extension Storymap de la suite logiciel ArcGIS, La retirada de Vicente, une narration cartographique exploitant la base de données Mauriac en ligne mais aussi des documents provenant d’autres plateformes en ligne, telles que Criminocorpus, le site du Camps de Gurs ou Wikimédia.

La narration créée à partir d’une relecture des articles de presse de François Mauriac sur la guerre d’Espagne – Février 2019.

Pour aller plus loin sur ces questions d’EAC et de fanfiction :

  • Bordeaux Marie-Christine, « L’éducation artistique et culturelle à l’épreuve de ses modèles », Quaderni, n°92, 2016-2017. https://doi.org/10.4000/quaderni.1033
  • Brunel, Magali, « LA FANFICTION NUMÉRIQUE : UN ESPACE LETTRÉ DE COMMUNICATION ET DE CRÉATION », Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, volume 10, octobre 2019. https://doi.org/10.7202/1065528ar
  • Louichon Brigitte, « Le patrimoine littéraire : un enjeu de formation », Tréma, n°43, juin 2015. https://doi.org/10.4000/trema.3285

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search